On a testé… la Nintendo Switch Oled

0
70

Un écran plus net pour en faire une vraie bête.

Dire que la Nintendo Switch est l’un des plus grands succès de Nintendo serait un euphémisme. Après l’échec cuisant de la Wii U, beaucoup étaient prêt à signer l’acte de décès des consoles de salon du géant Japonais. Mais si la prédécesseure de la Switch pouvait servir de marchepied à cette première, alors ces années de ridicule vaudraient le coup.

Quatre ans et demi et 90 millions de ventes plus tard, la géniale console hybride de Nintendo a ramené son concepteur sous les projecteurs, mais son âge commence à se faire sentir petit à petit. C’est pourquoi les rumeurs d’une certaine « Switch Pro » arrivant bientôt semblaient probables.

Mais quand Nintendo a annoncé sa première révision importante de la Switch depuis 2017, ce n’était pas la Switch Pro que nous attendions tous. Vous vouliez une compatibilité 4K en mode téléviseur ? Vous pouvez l’oublier. Si on parle de pure puissance, la nouvelle Nintendo Switch OLED n’apporte rien de neuf. Comme le suggère son nom, elle apporte tout de même une nouveauté, notamment un écran OLED donc, mais également une poignée d’améliorations au niveau du matériel qui, très sincèrement, auraient du être là depuis le début.

Si vous voulez acheter votre première Switch, nous vous dirons sans hésiter que la Switch OLED vaut bien ses 50 € de différence avec l’originale. Si vous avez déjà la première, par contre, vous devriez y réfléchir à deux fois…

Design : la même, mais différente

Si on omet ses jolis Joy-Con blancs tous neufs, la Switch OLED ressemble beaucoup à l’originale. La console en elle-même reste une tablette tactile dont vous pouvez déconnecter deux manettes quand vous voulez y jouer en mode portable. Vous pouvez également jouer en mode sur table avec les Joy-Con déconnectés de la console ou une autre manette, et si vous voulez voir Mario sur grand écran, la Switch se glisse dans un dock légèrement redesigné mais sinon totalement identique, qui se connecte à votre TV via HDMI et transfère instantanément l’image de la console à votre téléviseur. On est donc bien en présence d’une Nintendo Switch, une invention fantastique qui n’a pas perdu de son charme, même quatre ans après.

Mais c’est en tant que console portable que la Switch OLED se révèle être une version améliorée de sa prédécesseure, avant tout grâce à son écran. Nous nous pencherons sur ses spécificités techniques bientôt, mais notons d’abord qu’en plus de changer l’écran, Nintendo en a également agrandi la taille. Il mesure à présent 7 pouces (précédement 6,2) et ce gain d’espace à été obtenu en réduisant les larges contours de la console originale, plutôt qu’en l’élargissant elle-même. Une augmentation de 0,8 pouces pourrait sembler faible, mais cela fait une énorme différence pour une console portable, vous offrant alors une immersion encore plus grande.

Le contour du contour (si l’on peut dire) qui avait une finition mat est désormais brillant, donnant un look un peu plus adulte à la Switch OLED en plus de rendre le tout réfléchissant. Cela ne nous a jamais vraiment dérangé mais nous ne sommes pas sûrs de le préférer pour autant.

Retournez votre Switch et vous découvrirez une autre grande amélioration : une béquille totalement repensée et maintenant utilisable – dieu merci. Soyons honnêtes : la béquille de la Switch originale était une véritable blague. On avait toujours l’impression qu’elle allait se briser en deux à chaque utilisation, et elle était si molle et mal positionnée que la moindre secousse de la table sur laquelle la console était posée suffisait à la faire tomber face contre terre.

Le support de la Switch OLED, quant à lui, rempli bien son rôle. Désormais aussi large que la console, il la supporte avec aisance et son angle ajustable signifie que le mode sur table peut désormais s’étendre au-delà de celle-ci si besoin. Pour l’exemple, nous avons réussi à trouver un angle correct nous permettant de jouer allongé au lit, avec la console sur nous et les Joy-Cons déconnectés. D’un point de vue extérieur, ça devait avoir l’air étrange, mais avoir cette option est vraiment satisfaisant si la Switch OLED devait commencer à peser trop lourd pour nos bras.

Et il y a de bonnes chances pour que ça arive. Avec ses 297g, la Switch était déjà un peu lourde pour une console portable, et le modèle OLED en pèse 320 ; attachez-y les Joy-Cons et on atteint globalement 420g. Il n’y a aucun doute pour que vous le sentiez passer surtout si, comme nous, vous avez passé ces dernières années à jouer sur l’incroyablement inconfortable Switch Lite. La console semble toujours un peu trop large une fois en main, mais il est difficile d’imaginer comment Nintendo pourrait corriger ça sans se débarasser de sa marque de fabrique, les manettes détachables.

Le très élégant dock blanc de la Switch OLED est équipé de deux ports USB ainsi que d’un HDMI, mais possède également un port LAN tout nouveau. Si vous jouez régulièrement en ligne, vous serez heureux d’avoir l’option de vous reposer sur une connexion filaire (donc plus stable) en mode téléviseur.

Ce nouveau dock donne également moins l’impression qu’il risquera d’abîmer votre écran à tout moment, contrairement à l’original. Le panneau arrière peut maintenant être totalement retiré lorsque vous avez besoin d’accéder aux différents ports, mais nous ne sommes pas sûr que ce soit une meilleure option que l’original sur pivots.

Une dernière chose : nous avons passé deux ou trois bonnes minutes à chercher où insérer une carte micro SD, qui permet d’augmenter l’espace de stockage (déjà amélioré) de la Switch au-delà de ses 64 GB de base. On trouvait auparavant cet emplacement au bas de la console, mais Nintendo a décidé de le déplacer derrière la béquille, il est donc très facile de le manquer.

Écran et son : l’OLEDxemple à suivre

Nous y voilà. Si vous vous demandez encore pourquoi Nintendo pense que vous devriez acheter la nouvelle Switch, jetez un coup d’oeil à son nom. Une meilleure béquille et un port LAN font certes plaisir, mais c’est cet écran OLED qui convaincra les potentiels acheteurs possédant le modèle original et qui hésitaient encore.

N’importe quel utilisateur de smartphone haut de gamme sorti ces quatre ou cinq dernières années vous le dira : les couleurs plus riches et vibrantes, les noirs plus profonds et les contrastes plus élevés de la technologie OLED donne ce petit plus agréable à votre téléphone, et il en va de même avec la nouvelle Switch.

La sortie commune de la Switch OLED et de Metroid Dread n’est pas une surprise, ce nouvel écran rend les noirs d’encre des zones les plus sombres du jeu absolument sublimes aux côtés de l’orange pétant des jets de lave et des lampes néons des bases aliens à explorer. Nous avons aussi relancé d’autres classiques de la Switch comme Super Mario Odyssey ou The Legend of Zelda : Breath of the Wild et on peut affirmer sans aucune hésitations que l’écran OLED fait encore mieux ressortir les couleurs riches et vives de ces deux univers.

Les risques de marquage d’écran (marquage provoqué lorsqu’une même image reste à l’écran trop longtemps) viennent toujours à l’esprit lorsqu’on parle de technologie OLED, mais la Switch est programmée pour se mettre rapidement en veille si vous n’y touchez pas et il y a peu de risque que vous vous retrouviez, disons, avec une mini-carte affichée suffisamment longtemps sans que l’image ne soit rafraîchie pour que cela se produise. Bien sûr, seul le temps nous le dira, mais nous ne sommes pas spécialement inquiets.

Néanmoins, nous n’avons pas que des bonnes nouvelles. La taille de l’écran a beau avoir été augmentée, sa résolution est restée à 1280×720. Lorsque nous avons appris ça, nous avions peur qu’avoir la même résolution que la Switch originale rendrait l’image moins nette et plus pixelisée. On ne le remarque pas à moins de vraiment le chercher, et le fait que les jeux Nintendo soient plus basés sur leur style artistique plutôt qu’une quelconque fidélité graphique aide également beaucoup. Mais il va sans dire que la nouvelle Switch nous montre encore plus à quel point ses jeux – aussi jolis que certains puissent être – commencent à avoir l’air vieux. Nous sommes bien conscient que vouloir une compatibilité 4K sur le mode téléviseur serai trop demander, mais nous aurions aimé que Nintendo ait au moins réussi à augmenter ne serai-ce qu’un peu la résolution du mode portable.

Les haut-parleurs de la Switch OLED proposent ce que Nintendo désigne comme « un audio amélioré », et ils sont définitivement plus puissant qu’avant, ce qui s’avère pratique si vous ne souhaitez pas vous encombrer d’un casque ou d’écouteurs. Il est d’ailleurs bon de rappeler qu’après quatre ans de galère à s’embêter à utiliser des écouteurs et casques filaires ou des dongles, Nintendo a décidé que désormais, les écouteurs et casques Bluetooth fonctionneraient avec la Switch, comme par magie. En terme d’audio, les joueurs Switch n’ont jamais été aussi bien servis.

Performances et autonomie : pareil mais… Ouais non, pareil

N’hésitez pas à passer cette section de l’article si vous avez déjà une Switch, parce qu’en terme de performances le modèle OLED ne présente aucune différences. Des rumeurs concernant une Switch 4K en préparation continuent de se répandre sur internet mais en attendant, ce nouveau modèle fonctionne grâce à la même puce Nvidia Tegra X1 que l’ancien modèle, a la même RAM (4GB) et les mêmes résolutions maximum aussi bien en mode portable qu’en mode téléviseur, respectivement 720p et 1080p.

Les wizards de Nintendo offrent toujours un rendu graphique fantastique à ses jeux, mais il n’est pas surprenant de voir la Switch commencer à ralentir sur les gros jeux en 3D les plus gourmands. À l’âge de la 4K 60fps sur PS5 et Xbox Series X, Nintendo est très en retard en terme de technologie. Le monde est prêt à recevoir une Switch Pro, même si ses concepteurs ne le sont visiblement pas.

Vu le copié-collé des composants techniques de la console originale, si vous jouez avant tout à votre Switch en mode téléviseur, vous comprendrez que vous n’avez absolument pas besoin de la nouvelle Switch OLED. Cela n’aurai simplement aucun intérêt, vos jeux auront exactement le même rendu. Si vous voulez absolument vous procurer ses Joy-Cons blancs ou son nouveau dock, vous pourrez de toute façon les acheter à part. Pour ceux jouant avant tout en mode portable, vous devrez décider de si vous considérez l’OLED comme une amélioration suffisante. Tout ce qu’on dira, c’est que l’écran de notre Switch Lite a l’air un peu terne comparé à celui de l’OLED.

Quant à l’autonomie de sa console, Nintendo a annoncé une fourchette extrêmement large et imprécise de 4,5h à 9h, signifiant que tout dépendra de divers facteurs tels que la luminosité de votre écran, ce à quoi vous jouez ou encore si vous êtes connecté à votre Wi-Fi.

Bibliothèque de jeux : l’une des meilleures

Si vous aviez déjà une Switch, vous avez le choix entre transférer votre compte depuis l’ancienne console à la nouvelle, ce qui provoquera le reset de cette première, ou vous pouvez simplement vous reconnecter à un compte Nintendo existant déjà et télécharger à nouveau les jeux que vous souhaitez récupérer. Récupérer vos sauvegardes s’avèrera être d’une facilité déconcertante si vous avez un compte Nintendo Switch Online, grâce aux sauvegardes sur le cloud dont vous disposez.

Vous pouvez ajouter votre compte Nintendo sur plusieurs consoles à la fois, mais vous devrez en choisir une en tant que console principale. Une fois cela fait, n’importe qui jouant sur cette console aura accès à vos jeux en version téléchargeable. Bien entendu, ce ne sera pas possible sur une console qui n’est pas désignée en tant que console principale, alors choisissez bien. Fort heureusement, choisir une nouvelle console principale prend à peine une seconde dans l’eShop, donc vous n’aurez pas à vous inquiéter de faire un choix permanent.

Une fois votre Switch OLED installée, une incroyable bibliothèque de jeux sera à portée de mains : de leurs licences phare comme Mario, Zelda ou Animal Crossing jusqu’aux centaines de titres indépendants disponibles sur la machine, catégorie que Nintendo a particulièrement bien remplie depuis les (presque) tout débuts de sa console. Les membres Nintendo Switch Online ont même accès à une sélection de titres NES et SNES qui s’agrandit toujours plus (mais très lentement) et Nintendo ajoutera bientôt des jeux N64 en même temps que leur nouveau forfait.

En terme de puissance, la Switch est certes très en retard comparée aux machines de Sony et Microsoft, mais rien n’arrive à la cheville des meilleurs jeux de Nintendo (même s’ils nous les proposent au compte-goutte). Avec la sortie de l’excellent Metroid Dread et, on l’espère, l’arrivée de la suite de Breath of the Wild l’an prochain, la Switch OLED est une parfaite excuse pour rejoindre la famille Nintendo si ce n’est pas déjà fait.

Nintendo Switch OLED : le verdict

Il serait trop simple et injuste de juger la Switch OLED pour ce qu’elle n’est pas plutôt que pour ce qu’elle est. Elle n’est pas la Nintendo Switch 4K dont tout le monde rêve, qui pourrait durer tout le temps d’un vol longue distance sans faire d’efforts. Ce qui est bien dommage.

Néanmoins, elle est une console qu’on savait déjà excellente et améliorée grâce à un nouvel écran, de meilleurs haut-parleurs et un support qui fait son job. Il est vrai qu’elle reste un peu lourde et n’a pas la meilleure prise en main, mais nous ne voudrions pas sacrifier ses Joy-Cons ou son écran 7 pouces pour avoir quelque chose de plus léger. Et si vous le souhaitez, la Switch Lite existe déjà et c’est aussi une super console.

Si vous vous êtes retenus d’acheter une Switch jusqu’ici, nous pensons que le modèle OLED vaut clairement ses 50 billets de plus. Si vous avez une Switch depuis sa sortie mais que vous êtes tentés par cette version améliorée, demandez vous comment vous jouer. Si c’est en mode portable et que vous pouvez vous le permettre, la Switch OLED est une console portable très efficace. Mais ce n’est pas non plus un achat essentiel, et on ne peut pas garantir qu’une Switch plus puissante n’arrivera pas dans un an ou deux.

Elle n’est peut-être pas la Switch que vous vouliez, mais une fois que vous avez vu Link galoper à travers Hyrule sur cet écran OLED, faire marche-arrière est très compliqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here