Essai BMW i8 Roadster : électrisante !

0
207

On peut aimer les voitures de sport sans pour autant forcer sur les vrombissements. Voire même profiter du silence d’un mode tout électrique. Et si la sportive de demain, c’était elle ? Par Philippe Guillaume

1. C’est quoi ?

On associe souvent BMW à un constructeur de voitures au caractère sportif affirmé. C’est toujours le cas (même s’il y aurait un peu à redire à ce sujet), mais la firme munichoise est sans conteste l’un des acteurs les plus impliqués dans l’automobile hybride rechargeable, avec les série 2, 3, 5 et 7 ayant des modèles faisant appel à cette technologie, ainsi que le X5. Et au sommet de cette stratégie se trouve la gamme i, avec les i3 et i8.

2. Le Roadster, c’est nouveau ?

Tout à fait ! Quatre ans après avoir lancé la i8 Coupé et en avoir écoulé 13600 exemplaires, BMW remet cette gamme sous les projecteurs avec cette i8 Roadster, dont le coloris de lancement (un orange cuivré baptisé « E-Copper », et qui vaut 850 € en option, lui donne une sacré allure. Rappelons-en les grandes lignes : un petit moteur essence (en l’occurrence le 3 cylindres turbo essence 1.5 que l’on trouve aussi sous le capot des Mini) est sérieusement boosté (231 chevaux) et associé à un pack de batteries (34 Ah et 11,6 kW, contre 20 Ah et 8,6 kW sur le coupé) qui alimente un moteur électrique plus puissant (143 ch, contre 131). Du coup, la puissance cumulée ressort à 374 ch !

3. Ca doit dépoter sévèrement, non ?

Oui, évidemment, mais ce n’est pas un dragster non plus. Ca prend 250 km/h et l’i8 Roadster accélère de à 100 en 4,6 secondes. Mais on n’achète pas une i8 Roadster « que » pour ses performances. C’est l’acte d’un automobiliste mur, qui veut une auto à double face, capable de parcourir plus de 50 kilomètres en silence sur les batteries, pour aller au boulot sans rien consommer ou parcourir un centre ville ancien, dans le double plaisir du silence et de pouvoir regarder une architecture pluri-séculaire rien qu’en levant la tête !

4. Et au volant, ça donne quoi ?

Déjà, il faut s’installer à bord : le châssis en carbone en forme de « baignoire » impose des portes en élytre, qui font vraiment leur effet quand elles sont ouvertes. Bien calé dans des sièges baquet confortables (le cuir orange, une option à 3500 €, vaut vraiment le détour !), on découvre une auto facile à emmener, prévenante, sachant se transformer de Jekyll à Hyde à la demande, évoluant en douceur ou en silence, ou rugissant (le 3 cylindres sonne comme s’il y en avait 6 !) et en doublant tout ce qui roule !

5. Son point fort ?

Le look, évidemment. Et une polyvalence inégalée dans le monde des sportives, doublée d’une consommation incroyablement basse à ce niveau de performances. Les engins qui font vroum-vroum, et si c’était dépassé ?

Le verdict de Stuff
Avec son allure de navette spatiale qui se meut en silence, la BMW i8 Roadster émeut autant à l’arrêt, avec ses portes en élytre, qu’en roulant !

Les chiffres clé
Moteur 3 cylindres en ligne, 1499 cm3 + moteur électrique
Puissance : 374 ch à 5800 tr/mn
Couple : 320 Nm à 3700 tr/mn
Boîte de vitesse : automatique, 6 rapports
Poids : 1595 kilos
Vitesse maxi : 250 km/h
0 à 100 km/h : 4,6 secondes
Conso officielle / de l’essai : 2,1 l/100 / 7,4 l/100
Prix : à partir de 157 050 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here