Night City ne dort jamais : On a joué à Cyberpunk 2077

0
72

Réveille-toi, samouraï – Cyberpunk 2077 est enfin là. Retardé plusieurs fois cette année (bienvenue en 2020), le successeur signé CD Projekt Red à son hit The Witcher 3 : Wild Hunt aura titillé notre patience. L’attente combinée à toutes les discussions enflammées autour du jeu s’est intensifiée. Il a maintenant également la tâche peu enviable de se mesurer à la nouvelle génération et aux attentes qui changent la donne. Pour être clair, les propriétaires de consoles devront attendre l’année prochaine pour la mise à niveau complète next gen. Mais pour cet examen, basé sur la version du PC (évitez les versions consoles pour l’instant, sincèrement), l’avenir a déjà débarqué.

Vous incarnez V, un mercenaire cyber-amélioré dont vous avez entièrement la capacité de personnaliser apparence et compétences. Bien qu’il y ait une histoire centrale que CD Projekt Red veut raconter, vous pouvez diriger V à votre guise. Il peut être ironique, agressif, mais aussi capable d’afficher chaleur, empathie, voire vulnérabilité.
Comme ce jeu est presque entièrement dans une perspective à la première personne, vous êtes complètement immergé, que vous renversiez un shot de tequila ou que vous fassiez une plaisanterie lorsqu’un chef de gang vous agite un pistolet devant la figure. Cela pourrait rendre quasi vain tout ce temps passé à créer personnage, bien que ce soit une raison de plus pour vérifier votre reflet dans le miroir de temps en temps ou ouvrir le mode photo élaboré du jeu.
Les visuels sont naturellement beaucoup plus utiles sur les autres personnages que vous rencontrez, qui comprend un casting assez varié et très écrit, comme Jackie, votre grande copine aux grands rêves, ou Panam, une nomade en désaccord avec son propre clan. Une exception : Johnny Silverhand, un rocker underground misanthropique devenu révolutionnaire. Keanu Reeves, star hollywoodien, doit savourer l’opportunité de jouer ce type. Cela dit, son apparence et sa prestation vocale sont souvent distrayantes.

Toujours un truc à faire
Personnage à part entière, Night City est une mégalopole composée de plusieurs quartiers avec leur propre esthétique, leurs factions et leur juste part d’argot. Le plus accrocheur est à quel point l’endroit est miteux, car le jeu vise à choquer vos sens avec toutes sortes d’images explicites (il doit sûrement détenir le record des jouets sexuels).
Il y a forcément des comparaisons avec le monde ouvert de The Witcher 3, bien qu’il soit injuste de comparer un territoire tentaculaire dans un fantasme médiéval sombre avec une ville densément peuplée. En tant que RPG assez ancré, ne vous attendez pas non plus à gravir tout ce que vous pouvez voir à l’horizon, à moins que cela ne fasse partie d’une mission spécifique. Ces voitures volantes bien au-dessus de vous peuvent sembler impressionnantes, mais elles ne sont fondamentalement que des mises en scène, et après avoir déjà rencontré de nombreux bugs dans notre version d’évaluation (dont le correctif du jour du lancement n’est pas garanti), nous ne pouvons qu’imaginer combien d’années supplémentaires de développement aurait été nécessaire pour simuler une ville vivante et respirante avec toute sa verticalité.

Néanmoins, vous n’êtes jamais à court de choses à faire – la fréquence écrasante d’associés, de réparateurs et parfois de simples aléas se branchant sur vous à mi-quête pour vous fournir plus de quêtes encore vous le prouvera. Tout est fait pour vous aider à bâtir les statistiques de votre personnage pour débloquer de nouvelles options ou avantages, ou gagner de l’argent ou des crédits. Pourtant, avec toutes les options dont vous êtes bombardé, c’est presque une évasion de ne rien faire d’autre que de prendre le volant d’un véhicule et d’écouter les excellentes stations de radio du jeu.

Hack and shoot
Bien sûr, Cyberpunk 2077 est aussi un monde impitoyable où le fait de se rapprocher trop d’un flic ou d’un membre de gang les amènera toujours à tirer en premier. Bien que vous puissiez choisir d’aborder ces situations de manière non létale, les options offensives disponibles sont tout simplement trop bonnes pour pouvoir y résister, même pour le pacifiste le plus ardent.
Exploitez vos capacités de piratage via votre scanner optique. Vous avez la capacité supplémentaire de pouvoir pirater directement les ennemis cyber-améliorés, de situer l’emplacement de leurs compagnons ou d’installer des logiciels malveillants via un mini-jeu de piratage pour les affaiblir. Dans la pratique, le mélange de furtivité et de combat de Cyberpunk 2077 ne se réinvente pas, mais se contente de répéter certaines des meilleures idées de jeux d’action-furtivité ou de sims immersifs de la dernière décennie, tels que Metal Gear Solid V ou Deus Ex: Human Revolution. Même la fonction braindance passionnante est essentiellement une version VR sophistiquée du mode détective, et n’est utilisée qu’à quelques occasions. Néanmoins, l’exécution est indéniablement fluide dans tous les domaines.


Malgré le fait qu’il faut près de 10 heures pour voir le titre apparaître, Cyberpunk 2077 n’est pas aussi interminable que la plupart des jeux du monde ouvert. Les plus pressés seront soulagés de savoir qu’il soit en fait possible d’atteindre les crédits au bout d’environ 30 heures. Cependant, les fanas ont toujours la garantie d’innombrables heures supplémentaires de contenu et de défis à découvrir, alors qu’il y a toujours des incitations à rejouer, comme un type différent de V. Selon, les trois chemins de vie que vous pouvez jouer, chacun affectera la façon dont votre histoire commence et certains choix de dialogue à votre disposition. Selon le type de joueur que vous êtes et le temps dont vous disposez, il semble que tout le monde est gagnant.
Un grand jeu en monde ouvert est un jeu dans lequel vous voudrez continuer à passer du temps et que vous apprenez à mieux connaître.

Verdict du Cyberpunk 2077
Cyberpunk 2077 est un jeu incroyablement bien réalisé, et si vous en avez le matériel adéquat, le ray racing rend justice à ses surfaces néon brillantes. Il affine et reprend des décennies de conceptions de RPG et de simulation immersive, même si ce n’est pas une nouvelle façon audacieuse de penser les jeux en monde ouvert de prochaine génération.
L’histoire et les thèmes ne sont peut-être pas révolutionnaires pour le sous-genre dont il tire son nom, mais si vous recherchez juste des systèmes RPG profonds qui se traduisent par un jeu de tir décent avec beaucoup de trucs à faire, alors Cyberpunk 2077, comme les gens de Night City pourraient le dire, est assez «preem».

L’avis de Stuff
CD Projekt Red prend le meilleur des jeux de tir furtifs de science-fiction immersifs et le fait fonctionner à merveille dans un RPG en monde ouvert.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here