Essai – Triumph Rocket 3 R, la démesure !

0
107

Une gueule d’enfer et un moteur trois cylindres 2500 cm3 gavé de puissance et de couple. Cette machine intimidante doit être essayée dans toute vie de motard ! Philippe Guillaume

C’est quoi ?
C’est un absolu ! A l’heure où les constructeurs auto sont à fond dans le « downsizing » (réduire la cylindrée des moteurs des voitures), Triumph va a contre-courant et nous sort une Rocket 3 avec un roboratif moteur 3 cylindres de 2500 cm3, plein de puissance et de couple (167 ch et 221 Nm, ça cause pour un deux-roues !). L’engin intimide, impressionne, étonne, épate. Une Rocket 3 posée à la terrasse d’un café (bon, ok , ils sont fermés en ce moment), et c’est l’assurance d’une foule de curieux ! Mais le plus fort, c’est qu’on n’est pas seulement dans le coup d’éclat, on est dans le coup de maître, car cette Rocket 3 se savoure aussi (et comment !) en dynamique, en montrant des qualités incomparablement supérieures à celles de la version précédente.

Ah, parce que ça existait déjà, en fait ?
Petit rappel historique : à la fin des années 60, Triumph, qui possédait aussi la marque BSA, développe un moteur trois cylindres pour tenter de lutter contre le quatre cylindres de la Honda CB 750, qui constitue un tournant de l’histoire et le début de l’invasion japonaise. La BSA d’alors s’appelle Rocket III et c’est certainement l’une des motos de collection les plus délicieuses que l’on puisse posséder (surtout dans sa livrée américaine). Bien plus tard, Triumph souhaite reconquérir le marché américain, notamment : pour cela, il faut frapper fort. En 2004, une nouvelle Rocket 3 apparaît : c’est une sorte de gros cruiser, avec déjà un voluptueux trois cylindres de 2300 cm3, qui sortira au mieux 146 chevaux. Mais la nouvelle est encore dans un autre monde.

Et du coup, à conduire, c’est comment ?
C’est plus que bien : c’est incroyable, et ça vous donne des sensations pour la vie. La force de Triumph est d’avoir à la fois réalisé une belle chasse au poids (avec 291 kilos à sec, ce qui est une valeur absolument remarquable pour une moto de 2500 cm3 et un régime de quasiment 40 kilos par rapport à la génération précédente !) et d’avoir conçu un châssis impeccablement équilibré au vu des dimensions de la moto. Avec son empattement de 1677 mm, ses pneus gigantesques (150 mm devant, 240 mm derrière), on pourrait penser que la Rocket 3 est une belle enclume juste bonne à accélérer au feu vert. Mais que non ! Certes, ce n’est pas une ballerine, mais menée en souplesse, on profite d’une garde au sol très correcte et d’une belle stabilité d’ensemble. La Rocket 3 ne refuse pas les petites routes et donne du plaisir en virage, tandis que le moteur est un allié : très souple, assez doux quand on se contente d’un petit filet de gaz, il vous propulse en avant dans un grondement sourd à la moindre rotation appuyée de l’accélérateur, avec une force herculéenne ! C’est jouissif !

Son point fort ?
C’est ce mix entre les sensations fortes et cette machine qui, finalement, est plus utilisable qu’on le pense. Ajoutez à cela un look incroyable, où toutes les pièces (monobras, tubulures d’échappement, feux à LED, solide fourche inversée de 47 mm) sont superbes, et une technologie de pointe : tableau de bord numérique, modes de conduite, anti-patinage, connexion Bluetooth avec possibilité d’avoir un GPS intégré dans le tableau de bord, démarrage sans clé, et vous avez une machine qui signe le carton plein !

5. On va en voir partout alors ?
Ce n’est pas nécessairement une moto grand public, mais son tarif est carrément bien placé (22000 €, c’est le prix d’un Harley-Davidson Softail un peu équipé, ou d’une BMW GS avec trois options). La Rocket 3R leur oppose son gigantisme, une qualité de construction et de finition impressionnante, et des sensations fortes à nulle autre pareille. A essayer au moins une fois dans sa vie de motard, quitte à prendre le risque, ensuite, de ne plus penser qu’à elle !

Le verdict de Stuff
Beau retour aux affaires pour Triumph avec cette Rocket 3R. A noter qu’une version GT existe également : elle a un petit sissy-bar pour le confort du passager, une position de conduite un peu plus relax et un petit saute vent et cette GT sera un peu plus adaptée aux longs trajets. Question de choix…

Les chiffres clé
Moteur 3 cylindres en ligne, 2458 cm3
Puissance max. : 167 ch à 6000 tr/mn
Couple max. : 221 N.m à 4000 tr/mn
Transmission : 6 vitesses
Poids : 291 kilos à sec
Vitesse maxi : 220 km/h
0 à 100 km/h : env. 3,5 secondes
Conso officielle / de l’essai : 6,8 l/100 / 6,5 l/100
Prix : 22.400 €

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here