Essai – Toyota RAV4 Hybride, le SUV furtif

0
47

Le Toyota RAV4 a su évoluer intelligemment au fil des générations, en passant d’engin ludique à celui de SUV modèle, car hybride et responsable. Nous en avons essayé la toute dernière version. Par Philippe Guillaume

• C’est quoi ?
C’est peut-être l’initiateur du concept du « petit 4×4 urbain ». Un concept étrange à la base, mais qui a pris depuis des proportions retentissantes. Souvenez-vous : en 1994, le petit Toyota RAV4 impose sa bouille ronde et ses 3 portes (et ses seulement 3,71 m de long) dans nos cités. Depuis, le modèle a grandi, et on en est maintenant à sa quatrième génération. D’ailleurs, terminé les lignes douces de la version précédente. Le nouveau RAV4 est plus carré, plus agressif, au point qu’on a l’impression qu’il a grandi, ce qui est inexact. Mais il est vrai que ses lignes sont un peu à part dans l’identité visuelle de chez Toyota, même si la grande marque japonaise, avec notamment le nouveau coupé GR Supra, n’hésite pas à s’affirmer visuellement.

• Et a l’intérieur ?
L’intérieur est plus neutre, et bien évidemment, parfaitement propice à la vie de famille. Il a aussi été redessiné par rapport aux versions précédentes, et offre un bel espace, ainsi qu’un coffre généreux. Une large console centrale est surmontée par un écran, lisible et complet, avec une ergonomie qui s’appréhende facilement. J’ai particulièrement apprécié la position de conduite et le confort des sièges. Enfin, le tableau de bord est bien lisible, avec notamment, dans le cadran de gauche, des indication sur le fonctionnement de toute la chaine hybride.

• Justement, ça marche comment ?
Déjà, ça fonctionne de manière totalement transparente pour le conducteur, et c’est ça l’essentiel. Alors que la mode est à l’électrification des autos, le groupe Toyota / Lexus, leader mondial incontesté de l’hybride, pense qu’il faut limiter les contraintes. Et c’est un argument qui fait mouche : le système (globalement composé d’un petit moteur électrique qui assiste le moteur thermique) se recharge automatiquement et il n’y a rien d’autre à faire qu’à laisser faire. Et ça fonctionne : la preuve, la consommation urbaine reste autour des 6 l/100, ce qui est remarquable pour un SUV de plus de 1,5 tonne, animé aussi par un moteur essence thermique de 2,5 ! On note par ailleurs que le RAV4 existe aussi en version 4 roues motrices : un autre petit moteur électrique est situé sur l’essieu arrière et optimise la motricité au besoin.

• Et au volant, ça donne quoi ?
C’est surtout le calme et le silence à bord qui impressionne, doublé par une grande douceur de conduite. Ne vous fiez pas à la fiche technique : malgré les 218 chevaux annoncés, le RAV4 n’a évidemment rien de sportif, même si ses performances augmentent (le 0 à 100 en 8,4 secondes, pas mal !) et il suit sans problème le trafic. De fait, la puissance permet surtout de rouler sans forcer sur le moteur, et d’éviter autant que possible le fameux « patinage » des transmissions CVT. Avec une conduite apaisée, on ne l’entend quasiment jamais.

• Et à part ça ?
SUV et sobriété, c’est possible. Fiabilité aussi, tellement la technologie hybride Toyota / Lexus est éprouvée. Voici donc une auto familiale dotée d’une belle et rare polyvalence.

Le verdict de Stuff 
Le look s’affirme, l’espace et le silence restent des qualités marquantes, et la maîtrise de l’hybridation par Toyota reste plus impressionnante que jamais. Au quotidien, l’homogénéité et la sobriété de ce RAV4 sont définitivement ses points forts.

Les chiffres clé
Moteur 4 cylindres en ligne, 2494 cm3, + moteur électrique
Puissance : 218 ch à 6000 tr/mn
Couple : 221 Nm
Boîte de vitesses : automatique CVT
Poids : 1590 kilos
Vitesse maxi : 180 km/h
0 à 100 km/h : 8,4 secondes
Conso officielle / de l’essai : 4,6 l/100 / 6,2 l/100
Prix : gamme à partir de 33.500 €

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here