Essai – Porsche Taycan 4S, la révolution est en marche

0
47

Porsche parvient à cultiver les paradoxes avec un talent inégalé : la firme allemande, qui a construit sa légende sur les voitures de sport, s’est diversifiée et renouvelée une première fois avec le Cayenne, un SUV qui en a inspiré bien d’autres. Avec la Taycan, sa grande berline électrique, elle est bien partie pour faire de même… Par Philippe Guillaume

Imaginez une Porsche 911 un peu aplatie et allongée : oui, on sait, c’est déjà la Panamera, la berline sportive de chez Porsche. Mais la firme allemande est allée encore plus loin dans l’interprétation futuriste de ses codes esthétiques et avec la Taycan, elle y est parvenue avec brio. Longue de 4,96 m, large de 1,96 m et haute de seulement 1,37 m, cette berline dégage une prestance peu commune, faisant passer d’autres engins électriques, notamment les Tesla, pour de vagues succédanés électro-ménagers avec des roues…

Justement, qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?
Tout, forcément, puisque le Taycan ne reprend bien évidemment pas les technologies de la Panamera, qui conserve donc une offre de moteurs thermiques ou hybrides. La Taycan, elle, est entièrement et exclusivement électrique, et dispose donc d’un nouveau châssis dans lequel sont logées les batteries, au bénéfice d’un centre de gravité plus bas que sa sœur thermique, ce qui n’est pas sans influencer le comportement routier, nous en reparlerons !

Et sous le capot ?
La Taycan 4S fait appel à deux moteurs électriques qui développent un couple impressionnant de 640 Nm, et une puissance de 435 ch (voire 530 ch quand le mode launch control est activé, ce qui autorise des accélérations stratosphériques, avec le 0 à 100 km/h couvert alors en 4 secondes !). Une version Plus porte même ses valeurs à 650 Nm et 571 ch… Tout ceci est alimenté par 79,2 kWh de batteries, ce qui, selon Porsche, donne une autonomie pouvant aller de 335 à 408 km.

Et au volant, ça donne quoi ?
On parle d’abord d’autonomie ? Avec une conduite assez respectueuse du Code de la Route, sans se priver de quelques belles (et fulgurantes !) accélérations de temps en temps, mon Taycan 4S a sorti une consommation moyenne très raisonnable d’environ 22 kWh / 100 km, certes aidé par une météo favorable (on sait que l’effet « hiver » et le froid peuvent générer quasiment 30 % de surconsommation). De fait, l’autonomie dépassait les 350 km et c’était assez rassurant. Nous voilà donc l’esprit serein pour apprécier tout ce qu’une auto électrique signée Porsche peut apporter de plus. Cela commence par un intérieur soigné, aux touches sportives évidentes : bien calé dans des sièges sport parfait, on découvre alors que le confort de suspensions est une réussite absolue, avec ce qu’il faut de fermeté pour ressentir la route, mais toujours enveloppé dans une ouate bienvenue.

Evidemment, les performances sont au premier plan et les reprises (la Taycan passe de 80 à 120 km/h en 2,3 secondes) permettent de dépasser en toute sécurité, d’autant que Porsche a doté cette auto d’une boite de vitesse à deux rapports, pour favoriser à la fois le dynamisme et une vitesse de croisière élevée, très appréciée sur ses terres natales. L’autre point fondamental est que les autos électriques n’ont pas toutes vocation à être des sortes de congélateurs posés sur des roues, animées par des moteurs de machine à laver et sans aucune âme. Cette Taycan, ainsi, est une vraie Porsche ! Le feeling de la direction, le mordant des freins, la précision absolue de la tenue de route, le sentiment de faire corps avec l’auto raviront les conducteurs qui savent encore que tenir un volant peut rester une expérience gratifiante. Et au besoin, l’ambiance sonore peut se muer en un grondement sourd à mi-chemin entre le vaisseau spatial et le prototype du Mans, ça aussi, c’est rigolo.

Son point fort ?
Look ravageur, facilité de conduite absolue, performances décoiffantes, la Taycan marque de nombreux points en étant plus séduisante qu’une Tesla, par exemple, et en pouvant compter elle aussi sur un réseau de recharge rapide (Ionity) ainsi que sur une déclinaison Sport Tourismo, façon break de chasse, tout aussi séduisante. Les plus raisonnables se contenteront de la version standard, à deux roues motrices, plus accessible et déjà très véloce (230 km/h, le 0 à 100 en 5,3 secondes) avec ses 408 ch.

Le verdict de Stuff
Non, il n’y a pas que la 911 dans la vie, même si le coupé au flat-six restera une légende à jamais. Le monde bouge, le monde automobile change et Porsche s’y adapte avec maestria…

Les chiffres clé
Moteur électrique synchrone à aimants permanents
Puissance : 530 ch
Couple : 650 Nm
Boîte de vitesse : automatique, 2 rapports
Poids : 2220 kilos
Vitesse maxi : 250 km/h
0 à 100 km/h : 4 secondes
Conso officielle / de l’essai : de 21 à 26 kWh/100 / 22,5 kWh/100
Prix : gamme Taycan à partir de 88.364 €, modèle d’essai 4S à partir de de 109.414 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here