Essai – Mazda MX-30, simple et funky

0
73

Même dans le domaine de l’automobile électrique, Mazda suit son chemin sans trop se soucier des tendances dominantes. La MX-30 a sa propre identité  : une auto simple et funky, et surtout terriblement attachante. Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
C’est un ovni, mais un bel ovni  ! On sait que l’auto électrique permet de casser les codes habituels des constructeurs, mais cette MX-30 va vraiment assez loin et c’est pour cela qu’on l’adore  : déjà, c’est une sorte de petit SUV compact coupé et rien que ça, ça coche plein de cases de la branchitude automobile du moment. Ajoutez les portes arrière «  suicide  », à ouverture antagonique, comme feu la Mazda RX-8, et vous obtenez une vraie curiosité, qui ferait presque passer au second rang le fait qu’il s’agit, aussi, de la première auto 100 % électrique de Mazda !

Et sous le capot  ?
Là encore, Mazda va a contre-courant des tendances actuelles qui ont tendance à essayer de caser des gros moteurs et des grosses batteries sous le capot  ! Pas de ça ici  : avec un moteur électrique de 145 ch et 265 Nm de couple, alimenté par 33,5 kWh de batteries, on reste sur des valeurs raisonnables à tous niveaux. Revers de la médaille  : les records d’autonomie, ce ne sera pas son truc, puisque certaines de ses concurrentes arrivent à embarquer plus de 50 kWh de batteries dans un gabarit quasiment identique (la MX-30 fait 4,40 m de long, c’est pratique en ville). Avantage  : si on accepte l’idée que cette MX-30 n’a vocation qu’à être une seconde voiture, parfaite pour le quotidien, on compense alors avec un tarif amical et des temps de recharge contenus (une dizaine d’heures sur prise domestique, 80 % en 36 minutes sur une recharge rapide 50 kW).

Et à l’intérieur ?
L’ambiance est très agréable, avec un bel espace et une belle luminosité à bord. L’ergonomie est simple et efficace, avec une molette rotative pour naviguer dans les menus, tandis qu’un écran supplémentaire est dédié aux fonctions de climatisation. Mention spéciale à la qualité de la finition  : Mazda n’est pas adepte du bling comme certaines marques premium, mais l’agencement et l’ergonomie peuvent toujours être cités en exemple. Sous la console centrale «  flottante  », les petits panneaux de véritable liège sont là pour en témoigner. Par contre, si les portes arrière font preuve d’une belle originalité, elles donnent accès à un espace qui reste quand même assez compté…

Et au volant, ça donne quoi ?
On se sent bien au volant de cette auto  : calme, silence, volupté  ! Toutes les commandes tombent bien sous la main  ; la qualité des matériaux et de l’assemblage font que l’on se sent particulièrement choyé. Premières impressions  : la douceur de la réponse du moteur électrique, l’excellent filtrage des suspensions, qui savent prodiguer un confort assez moelleux, le très bon travail sur les bruits aérodynamiques (toujours décuplés sur une auto électrique, par nature assez silencieuse). La réponse du moteur n’est jamais stratosphérique (avec 145 ch, ce n’est pas le e-dragster que l’on rencontre parfois chez des concurrentes), mais elles sont suffisantes pour un usage quotidien, genre boulot-dodo. Usage qui couvre 50 kilomètres par jour, à en croire les statistiques. Si la MX-30 est donnée pour 200 kilomètres d’autonomie, j’en ai effectué 170 sur une charge, en hiver, avec le chauffage et la radio, dans un usage urbain & péri-urbain. Ce n’est pas déshonorant, mais cela reste plutôt une «  seconde voiture  ».

Et à part ça ?
La MX-30 est tellement décalée qu’elle n’a pas vraiment de concurrentes directes. Dans le même gabarit, on trouve effectivement des autos plus efficientes, comme la Zoe ou les made in PSA (DS3 Crossback, e-2008). Au même prix et avec la même autonomie, la Honda e, essayée ici récemment, n’est pas sans arguments. Mais la MX-30 sera plus logeable et plus confortable.

Le verdict de Stuff 
Mazda ne fait décidément rien comme les autres  : la MX-30 ne prétend pas être l’auto électrique universelle  : elle a ses parti pris, en termes d’autonomie, de puissance, de gabarit. Mais à l’usage, elle reste extrêmement séduisante, tout au moins aux yeux des amateurs d’automobiles décalées, électriques ou pas…

Les chiffres clé 
Moteur électrique synchrone à aimants permanents
Puissance  : 145 ch
Couple  : 265 Nm
Boîte de vitesses  : continue
Poids  : 1645 kilos
Vitesse maxi  : 140 km/h
0 à 100 km/h  : 9,7 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 19 kWh l/100 / 19,7 kWh /100
Prix  : gamme à partir de 33.900 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here