Essai – Mazda 6 Takumi : le raffinement à la japonaise

0
545

Elégance, dynamique, sélection : voici les trois niveaux de finition dans lesquels sont généralement disponibles les automobiles Mazda. Le constructeur japonais veut monter en gamme avec un quatrième niveau, plus raffiné : c’est le Takumi, Voyons voir ce que cela donne… Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
C’est un constructeur discret qui fait de très bonnes autos, mais dont la renommée, en France, n’est pas tout à fait à la hauteur de l’excellence des produits. Et c’est dommage. Au sein d’une gamme assez fournie, la 6 est la grande berline dont les formes classiques en font la parfaite Uber-mobile. Mais voilà : on ne peut pas leur reprocher cette stratégie, et Mazda veut monter en gamme. Cela passe par l’ajout d’un niveau de finition supérieur, dénommé Takumi, un mot qui renvoie aux valeurs de l’artisanat japonais.

Et qu’est-ce que ça change ?
Avant tout, parlons de la Mazda 6 : cette grande berline lancée en 2002 en est à sa troisième génération. L’an dernier, elle a subi un petit relifting, avec une nouvelle calandre et de nouveaux feux arrière, de nouvelles jantes, de nouveaux matériaux à l’intérieur et de nouvelles aides à la conduite. Ainsi, sans trop changer d’apparence, la Mazda 6 s’est quand même bien modernisée sur le plan technologique. D’ailleurs, sous le capot, l’ancien moteur Diesel 2.2 de 175 ch laisse sa place à une nouvelle unité qui en développe désormais 184, avec un couple intéressant de 445 Nm, et une boîte automatique à 6 rapports.

Et donc, cette finition Takumi ?
C’est d’abord de l’apparence : peinture « gunmetal » (canon de fusil) et jantes spécifiques définissent ce modèle, tout comme la grille de calandre « gunmetal » elle aussi, L’intérieur est également plus raffiné avec un revêtement de la planche de bord et des contreportes en Ultrasuede, des inserts de bois de Sen véritables (sur la planche de bord et les contreportes), une sellerie cuir Nappa « oriental brown », un volant en cuir, un pavillon de toit noir et des éclairages d’ambiance intérieur à LEDs, le toit ouvrant, le sièges avant et le volant chauffant. Le tout donne effectivement une ambiance feutrée, très cossue et bien agréable au quotidien.

Et côté techno ?
Là aussi, la Mazda 6 s’est bien modernisée, avec notamment toute une panoplie d’aides à la conduite regroupées sous l’appellation i-Activesense, qui regroupe un ensemble de quatre caméras pour une vue à 360°,  un régulateur de vitesse adaptatif, un limiteur de vitesse intelligent qui fonctionne de concert avec un système de reconnaissance des panneaux, des feux à LEDs adaptatifs encore améliorés et, subtil raffinement, des essuie-glace chauffants qui facilitent les démarrages par temps froid ! On notera également le nouveau tableau de bord dont la partie centrale est digitale, tout comme la présence d’un affichage tête haute dans le pare-brise.

Et au volant, ça donne quoi ?
Le bruit du moteur Diesel à froid et la boîte automatique à 6 rapports, moins réactive que les unités à double embrayage plus récentes, datent un peu l’auto. Puis on s’y fait, car on découvre un joli confort de conduite, un environnement serein, une ergonomie impeccable, une tenue de routes sans reproches et un moteur efficace, notamment grâce à ses 445 Nm de couple (ses concurrentes ont souvent des 2.0 qui tournent en général à 400 Nm), garantie de belles reprises. Voici une belle et bonne routière aussi discrète qu’efficace. On notera aussi que si elle est disponible en boîte manuelle, la version à boîte automatique (notre modèle d’essai) vient de pair avec la transmission à 4 roues motrices.

Son point fort ?
Une belle polyvalence et, quand on fait le compte des équipements, un rapport prix / prestations qui s’impose sur le marché ! A noter, et c’est assez rare pour le signaler, que le break tout aussi (voire plus) stylé, est disponible sans supplément de prix.

Le verdict de Stuff
Avec la Mazda 6, on se prend encore à apprécier la berline traditionnelle tant pour son confort et sa tenue de route que pour sa relative discrétion, tout en sachant vous bercer dans un environnement très qualitatif dans cette finition haut de gamme Takumi.

Les chiffres clé :

Moteur 4 cylindres en ligne, 2191 cm3, turbo-Diesel
Puissance : 184 ch à 4000 tr/mn
Couple : 445 Nm à 2000 tr/mn
Boîte de vitesse : automatique, 6 rapports
Poids : 1635 kilos
Vitesse maxi : 212 km/h
0 à 100 km/h : 9,7 secondes
Conso officielle / de l’essai : 5,4 l/100 / 7,2 l/100
Prix : gamme à partir de 32.750 € (modèle d’essai à partir de 44.350 €)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here