Essai moto – Yamaha Niken GT, la grande routière du futur

0
45

Après le Niken, la dernière vraie grande révolution du monde de la moto, Yamaha décline le concept du trois-roues en version GT. Prêt à prendre la route ? Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Cela ressemble carrément à la moto du futur, et pourtant, elle est accessible à tous. Son rôle n’est pas que limité à celui de guest-star dans un film d’anticipation. En bleu mat ou en gris, bien appuyé sur son solide train avant à fourche dédoublée, voici donc une nouvelle version du Yamaha Niken, la GT !

Quelle différence avec un Niken « normal » ?
Outre les coloris, la version GT peaufine l’agrément lors de voyages au long cours, par la présence de valises latérales, d’une selle confort, de poignées chauffantes et d’une bulle haute. Ce n’est pas un hasard si les gros rouleurs choisissent cette version : les amateurs de vélo ont pu en voir un grand nombre comme véhicules accompagnateurs du Tour de France et des autres grandes classiques cyclistes.

On ne peut toujours pas le conduire avec un permis auto ?
Non, car il faut admettre que la mécanique vient d’une MT-09 : c’est un trois cylindres rageur, de 115 chevaux, et si le poids plus élevé gomme un peu les sensations par rapport au roadster, les performances restent tout de même de premier plan. En outre, le train avant ne se verrouille pas à l’arrêt, et tout ceci demande un peu d’expérience, même si la grande facilité de conduite est le premier sentiment qui ressort du Niken, et ce, même après seulement quelques centaines de mètres parcourus à son guidon.
Par contre, Yamaha a récemment dévoilé le Tricity 300, l’engin idéal des commuters, et qui lui, a une direction qui se bloque à l’arrêt, et sera ainsi accessible aux détenteurs du permis auto.

Et du coup, à conduire, c’est comment ?
Le Nike GT ne demande aucun effort particulier (sauf lors des manœuvres à l’arrêt, où il est large et lourd de l’avant), et sur la route, on apprécie immédiatement le grand sentiment de confiance et le surplus de confort apporté, même si la « bulle haute » génère encore des turbulences dans le casque, et aurait pu de fait, être un peu plus haute encore. Le double pneu avant est un plus indéniable dans les virages serrés, dans les rond-points, lors des conditions de roulage difficile, car il procure une vraie adhérence supplémentaire. Et en ville, il passe étonnamment facilement entre les files de voitures, même s’il faut parfois se méfier de la largeur aux rétroviseurs (103 mm).

Son point fort ?
C’est sa neutralité, le sentiment d’adhérence que l’on ressent dès le premier virage, et la grande facilité avec laquelle il se laisse emmener. Plus l’évidente sécurité apportée par les deux roues avant.

Le verdict de Stuff
Outre son look absolument incroyable, le Niken pourrait séduire les permis « dormants » qui veulent revenir à la moto, à condition de pouvoir se sentir réellement en toute sécurité. Tout comme les motards au long cours, qui ont tout essayé, qui sont revenus de tout, et qui pourraient s’enflammer pour vivre de nouvelles sensations. La version GT est un plus pour les voyages.

Les chiffres clé
Moteur 3 cylindres en ligne, 847 cm3
Puissance max. : 115 ch à 10000 tr/mn
Couple max. : 87,5 N.m à 8500 tr/mn
Transmission : 6 vitesses
Poids : 267 kilos
Vitesse maxi : 210 km/h
0 à 100 km/h : env. 4 secondes
Conso officielle / de l’essai : 4,9 l/100 / 6,5 l/100
Prix : 16299 €

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here