Philips 55OLED+903 : Le test complet

0
964

En général, plus il y en a, mieux c’est. Et c’est aussi vrai pour les télévisions que pour le reste, avec le son en sus. Un écran plus grand, une meilleure résolution, plus d’applications… Il y a de bonnes chances que votre nouvelle TV ai “plus” dans toutes les catégories, en comparaison de celle qu’elle remplace.

Étant l’un des rares constructeurs de télévisions capable d’offrir un argument de vente unique (sa remarquable technologie Ambilight) Philips nous a offert bien plus que la plupart depuis un moment déjà. Et la firme a élevé le “plus il y en a, mieux c’est” a un tout nouveau niveau avec la tout-à-fait remarquable 55OLED+903. En plus de l’Ambilight à trois côtés, cette TV OLED possède des équipements audio créés par la légende Britannique des haut-parleurs, Bowers & Wilkins.

Design et finition : un beau bébé

En dehors de la barre de son parfaitement intégrée sous l’écran, la 55OLED+903 n’est concrètement qu’un écran, et c’est exactement ce que vous voulez. Le bord entourant l’écran est extrêmement fin, et quasiment invisible avec son revêtement métallique. La barre de son, quand à elle, est recouverte d’un revêtement gris sombre tout aussi discret.

Et si vous utilisez un support TV, les pieds de la Philips sont petits et en métal, et ne la grandissent presque pas en plus de réussir à avoir l’air incroyablement sophistiqués. (Ils sont néanmoins plutôt éloignés l’un de l’autre, pensez donc à vérifier que votre support est suffisamment large pour les accueillir).

De face, la +903 affiche donc un look résolu et assuré. Et de profil, elle a cette minceur saisissante qui rend une OLED comme celle-ci tellement attirante pour votre intérieur. Le tiers supérieur de la Philips est incroyablement fin : elle n’atteint les proportions d’une TV habituelle qu’au niveau de la section abritant les composants électroniques et les prises. On trouve également les trois projecteurs Ambilight dans ce renflement.

Bien qu’il serait irraisonnable de penser que n’importe quelle TV semble valoir des milliers d’euros en posant simplement les yeux dessus, la Philips 55OLED+903 est la TV la plus urbaine et s’adaptant le mieux à votre intérieur sur le marché, et ce à n’importe quel prix.

Comme nous avons déjà pu l’observer, plus il y en a, mieux c’est. Et il n’y a pas d’erreur possible quant à la place de la +903 en tant que premier produit de la gamme TV de Philips : elle gémit (métaphoriquement) sous le nombre et le poids de ses propres caractéristiques.

Ce qui est annoncé est on ne peut plus clair : c’est une TV OLED 4K UHD, capable de supporter le format HDR des diffusions HLG standard jusqu’à la qualité des métadonnées dynamiques de l’HDR10+ (Philips/TPVision étant devenu la dernière marque ayant adopté le format HDR10+ standard, rivalisant avec le Dolby Vision dont Samsung/Panasonic avaient été les pionniers).

Elle est équipée d’un Ambilight trois côtés, de quatre ports HDMI (dont deux d’entre eux peuvent supporter le format 4K HDR en 60FPS), de trois prises USB et d’une sortie audio numérique optique. On a également une connectivité Wi-Fi et Bluetooth, et on peut avoir accès à la TV classique grâce à son entrée DVB ou sa paire d’entrées satellite.

Toute la partie compliquée du travail est la prise en charge par la seconde génération du sacro-saint moteur “P5 Perfect Picture Engine” de Philips (et Philips est plus friand d’offrir à ses clients de nombreuses options de traitement d’image que la plupart de ses rivaux).

Pour ce modèle, B&W a créé un haut-parleur arrière à basse-fréquence, comprenant un haut-parleur de graves renforcé par une paire de radiateurs passifs à basse-fréquence, qui occupe une partie importante du panneau arrière de la Philips. Et à l’avant, on trouve deux twitters à dôme en titane et deux haut-parleurs médiums en fibre de verre qui projettent le son vers l’avant plutôt que vers le bas.

L’interface de la 55OLED+903 et sa fonction smart TV sont principalement gérées par la version “Nougat” du système d’exploitation Android. En réalité, ça n’est pas l’interface la plus élégante ou agréable pour une TV – elle occupe tout l’écran, ce qui n’est jamais une bonne idée, et n’est pas si simple à customiser. Elle ne supporte pas tous les services de replay/TV à la demande de France. Honnêtement ? L’interface SAPHI installée sur les TV moins chères de Philips sorties cette année est un choix préférable.

Au moins, Philips a réussi à faire fonctionner Android de manière stable, et cela inclut les contenu 4K via Netflix, Amazon Prime et l’application Youtube (ces deux premiers supportant également le format HDR). Et l’éventuelle mise à jour vers la version “Oreo” d’Android promet un Assistant Google intégré et une fonction connectivité à Alexa d’Amazon.

Avec cela, le contrôle de la +903 se fait au travers d’une des deux télécommandes fournies. La première est celle qui se rapproche le plus du modèle habituel, c’est-à-dire un accès à toutes les fonctions et beaucoup, beaucoup de boutons (et encore, sans compter le clavier à l’arrière de celle-ci). La deuxième télécommande est une simple baguette d’argent bien plus fine et minimaliste : seulement sept boutons, et elle fait plus penser à un diffuseur de parfum de luxe qu’à une télécommande.

Comme dit plus haut, on n’est pas à court d’options quand on en vient à la customisation de la qualité d’image de la 55OLED+903. Chacune des options vaut le coup d’être essayée, puisque la puce de traitement du P5 offre une efficacité et une gamme d’outils plus large que n’importe quelle puce qui ai déjà été installée sur une TV.

Mais au final, la +903 montre le meilleur de ses capacités lorsqu’on lui donne la meilleure qualité d’image possible à traiter, et dans son cas, c’est un film Blu-ray en 4K UHD HDR. Avec un contenu pareil à traiter, la Philips s’avère être un challenger particulièrement captivant.

La qualité d’image de la +903 force l’admiration, notamment les niveaux de noir : sa minceur mise à part, c’est l’absence de rétro-éclairage et d’économie de pixels (qui pouvait causer un manque de profondeur) des tons noirs d’une TV OLED qui constituent son argument de vente majeur. Et c’est tout aussi vrai ici qu’avec n’importe quelle autre TV OLED : la Philips délivre des noirs impeccables qui ne se laissent pas corrompre par même les plus purs et les plus vifs des blancs sur le même écran. Les contrastes sont réellement impressionnants. Même simplement regarder les crédits d’un film (du texte blanc sur fond noir) suffit à faire une démonstration de la capacité que possède la +903 à nous offrir luminosité et obscurité, les deux à la fois, sans se retrouver frustré.

Le grain de l’image est tout simplement éradiqué, même dans les scènes les plus complexes et troubles, et cette Philips arrive à conserver d’une main de fer le dynamisme des scènes les plus rapides et désordonnées. Les images sont chargées en prenant en compte les détails des tons, de la texture et des matériaux. L’Ambilight a trois côtés contribue également à tout cela, en rendant les images toujours plus captivante et immersive. En somme, on n’a pas à se plaindre de quoi que ce soit.

Grâce au travail remarquable exécuté par la puce du P5 sur les contenus non-HDR et Full HD, cette Philips réussit également à apporter presque toute la qualité de sa 4K HDR à du contenu de moindre qualité. La montée en gamme qu’elle offre aux contenus en 1080p est la meilleure que vous verrez, apportant une netteté incroyable et des détails remarquables a ce format plus ancien. Il y a un petit nombre de grain sur l’image, il est vrai, et on n’atteint pas le meilleur dynamisme possible, mais la baisse globale de qualité est, et ce de manière gratifiante, très basse.

La +903 donne également au contenu non 4K HDR une palette de couleur surprenament large, ainsi qu’un bon pic de luminosité. Philips prétend atteindre 1000 nits de luminosité avec la +903, et il est facile d’y croire. Elle n’a peut-être pas la capacité de “brûlage de rétine” d’une Samsung QLED, ne nous le cachons pas, mais elle n’en reste pas moins une TV extrêmement lumineuse.

Le marché audio auquel s’attaque cette TV, quant à lui, est une conséquence directe du fait que les écrans plats, plasmas, LCDs et OLEDs confondus, souffrent tous d’une qualité sonore tellement pauvre qu’elle s’en révèle très frustrante. Les TV de Philips ne sont pas différentes, exceptée la +903.

À tous égards, la panoplie de haut-parleurs de la +903 fait manger la poussière à toutes les autres TV du marché (à l’exception des haut-parleurs Technics de la TX-55FZ952B de Panasonic, qui était jusqu’à maintenant la TV avec le meilleur système audio que vous pouviez acheter).

Pendant les scènes de silence et de tension, le son de la Philips est suffisamment spacieux et détaillés pour se faire dresser vos cheveux ; pendant les scènes de crash et d’explosion d’un film d’action Hollywoodien, il fait montre d’un dynamisme et d’une présence lancinante qui est totalement en désaccord avec le son qu’on associe habituellement à une TV de grande taille.

Le son s’étend bien au-delà des limites physiques de l’écran, donnant un vrai sentiment d’immersion lors d’un grand évènement sportif, et la +903 est si bien équilibrée qu’elle peut rendre justice à un clip vidéo transmis sur YouTube. Il est rare de ne pas trouver d’avertissement à propos d’argent à dépenser dans une éventuelle amélioration sonore dans les recommandations d’une TV, mais l’exception confirme la règle.

Le verdict : à voir et à avoir

Ce qu’a accompli Philips (et Bowers & Wilkins) avec cette +903 est formidable . C’est un beau produit, Somptueusement bien fourni en termes de caractéristiques, et capable de faire montre d’une étourdissante qualité vidéo et audio. Si vous avez de l’argent à dépenser pour une nouvelle TV, vous vous devez d’aller voir (et écouter) celle-là.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here