Hugo Llloris : “J’ai longtemps été un mordu de jeux vidéo de foot”

2
771

L’équipe de France nous donne rendez-vous ce dimanche pour la finale de la Coupe du monde de football Fifa 2018. Hugo Lloris, son brillant capitaine, auteur de superbes arrêts depuis le début de la compétition, et depuis peu devenu ambassadeur des téléviseurs signés LG, a pris le temps de répondre à nos questions connectées…

Hugo, quand vous n’êtes pas sur le terrain, vous regardez forcément des matches chez vous ? On vous voit mal regarder ça sur un vieux poste dans la cuisine ! Comment êtes-vous équipé ?
Hugo Llloris : Très sincèrement, il n’y a pas de vidéo-projecteur à la maison, je suis plutôt télévision. J’ai une télévision classique dans le salon, avec une barre de son. Je regarde toujours pas mal le foot, car je reste un passionné, mais plus avec le même œil, bien sûr. Ca m’arrive aussi de le regarder sur ma tablette, notamment quand Madame regarde autre chose ! En revanche, je dois avouer que le vidéo-projecteur, la pièce dédiée au home cinéma, en fait, j’ai découvert cela à Londres. Vous savez, nous, on vient du sud, où l’on a plus l’habitude de vivre beaucoup dehors. En Angleterre, en revanche, climat oblige, on vit beaucoup plus dedans, et l’aménagement intérieur est quelque chose de très important.
Pour le son, personnellement, j’ai une barre de son. C’est important, pour le rendu de l’ambiance du stade. Après, il y a le regard du téléspectateur, et celui du spectateur. Entre les deux, c’est entièrement différent. Même s’il est vrai qu’à la télévision, on peut revenir sur les actions, on ressentira toujours beaucoup plus de choses au stade que devant son téléviseur.

Un sportif comme vous ne peut certainement pas être sérievore, mais… On pose la question quand même ! Par curiosité, le dernier film qui vous a plu, au cinéma ou en streaming ?
H. L. : Comme tout le monde ou presque, je regarde Netflix. C’est vraiment pratique, à la maison, dans le bus, ou dans la chambre d’hôtel. Côté musique, j’ai aussi toujours une enceinte sans fil avec moi pour passer un peu de musique dans la chambre d’hôtel. Là, sur Netflix, je viens de finir La casa de papel, et avant j’avais regardé Altered carbon. Après, côté super héros, je reste un très grand fan de la trilogie Dark Knight, avec Christian Bale.

Pour aller plus loin, pensez-vous qu’il reste à inventer une série sur le foot, comme les Américains l’ont fait avec leur foot à eux et la série Friday Night Lights ?
H. L. : Maintenant que vous le dites, c’est vrai. Mais la culture américaine, celle d’Hollywood est aussi moins orientée vers le football. C’est plus le baseball, le basket… Bien sûr, il y a eu le dessin animé japonais Olive et Tom, qui reste une référence. Mais côté film, mis à part Goal, naissance d’un prodige, en 2005, il n’y a pas grand chose, en effet.

Qu’est-ce que vous pensez des jeux vidéo de foot ? C’est quelque chose qui vous intéresse ? Et question subsidiaire : si vous y jouez… vous êtes bon, ou vous vous faites ramasser par votre petit neveu ?
H. L. : J’ai longtemps été un mordu de jeux vidéo de foot, mais je me suis calmé ! J’ai levé un peu le pied quand j’ai eu ma première fille, et encore plus avec la deuxième ! Bien sûr, j’ai commencé avec Pro Evolution Soccer, et puis comme tout le monde, je me suis mis à Fifa. J’ai plein de souvenirs avec les copains autour de la Playstation. On se faisait des tournois, et même des deux contre deux ! Après, je dois reconnaître que j’ai appris à jouer à mon frère, avec qui j’ai huit ans d’écart, et que maintenant c’est moi qui me prends des raclées !

On peut imaginer que votre entrainement comprend, en plus du terrain, de la muscu, du cardio, etc. Vous avez des gadgets technologiques, genre bracelet connecté, pour gérer tout ça ?
H. L. : À titre personnel et privé, je ne m’en sers pas trop. Pour l’entraînement, on commence toujours par trois minutes de tests cardio. Ensuite, on a le GPS sur le dos sur le terrain, plus pour les préparateurs physiques, l’entraîneur des gardiens, que pour moi. Cela leur fait des données, ça permet d’aller au plus près de la réalité du match. Il n’y avait pas cela quand j’ai commencé le football ! En revanche, pour l’exercice physique en salle, nous avons chacun un bracelet connecté qui contient toutes nos données personnelles, que l’on présente devant un capteur et on l’on obtient notre programme d’exercices directement sur la machine.

Si vous deviez choisir une musique pour l’associer au montage de votre plus beau souvenir de match, ce serait laquelle ?
H. L. : Sans hésiter l’hymne de la Ligue des champions de l’UEFA ! A chaque fois que l’on rentre dans le stade, pour jouer un match de la Ligue des champions, c’est la première chose que l’on entend. Demandez à n’importe quel joueur de football et il vous le dira, on l’entend et ça donne des frissons. Vous n’imaginez pas la montée d’adrénaline que cela peut représenter !

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here