Essai – Ford Mustang Cabriolet 2.3 Ecoboost BVA : la route de l’été…

0
346

L’icône des voitures de sport américaines pourrait se reposer sur ses lauriers. Ce n’est pas le cas avec cette nouvelle évolution, plus technologique que jamais, qui inaugure même une boîte de vitesse automatique à 10 rapports ! Par Philippe Guillaume

• C’est quoi ?
Comment osez-vous poser une question pareille ! La Ford Mustang, c’est tout à la fois Steve McQueen dans Bullit, Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée dans Un homme et une femme, ainsi que l’archétype de la voiture de sport de la famille américaine, en plein baby boom et vie heureuse à la Happy Days !

• Bon, et à part ça ?
A part ça, la Mustang pourrait vivre sur ses lauriers d’icône intemporelle. Or, elle ne cesse de se remettre en question et d’évoluer pour être au goût du jour, voire même d’initier de nouvelles tendances. C’est ainsi que cette dernière génération est tout simplement la voiture de sport la plus vendue au monde, avec plus de 10 millions d’unités depuis 1964. Et elle n’en finit pas de se bonifier.

• Quel genre d’améliorations ?
La dernière évolution fait état de feux full LEDs à l’avant, d’ouies d’aération sur le capot, d’un compteur entièrement digital avec une dalle de 12 pouces, d’un régulateur de vitesse adaptatif, d’un volant chauffant. Ce n’est pas tout : une boîte de vitesse automatique avec pas moins de 10 ( !) rapports a fait son apparition. Elle dispose aussi d’un mode « sport » et de palettes au volant.

• Puisque l’on parle de volant, ça donne quoi ?
Précision utile : la Mustang dispose de deux moteurs. D’un côté, un bon gros V8 de 5 l, typiquement américain dans sa sonorité et sa façon de délivrer ses 450 chevaux. De l’autre, un moteur plus en phase avec notre fiscalité européenne : il s’agit du 4 cylindres 2.3 que l’on trouve aussi sur la Focus RS. Il développe ici 290 ch et 440 Nm, des valeurs déjà respectables bien qu’un peu justes pour que l’on puisse véritablement parler de « voiture de sport ». Mais la BVA 10 sublime ce moteur, car avec autant de rapports à l’étagement rapproché, on est en permanence dans la zone de couple et les relances sont très satisfaisantes, sans même que l’on ressente le moindre effort. Seule la sonorité n’est pas en phase avec le look de l’auto, hélas !

• Son point fort ?
Le rapport entre son attitude et son tarif. Pour le prix d’un monospace ou d’un SUV de gamme moyenne, un peu équipé, vous avec une vraie street credibility avec cette auto qui sent bon la Californie, encore plus en version décapotable. En bonus : un confort de sièges et de suspension de très bon niveau, et une tenue de route étonnante, notamment parce que ce « petit » moteur ne sature pas le train avant.

Le verdict de Stuff
Certes, le « malus écologique » de 10.500 € plombe l’addition. Mais malgré cela, la Mustang reste aussi attachante qu’inimitable, et surtout sans réelle concurrence.

Les chiffres clés
Moteur 4 cylindres en ligne, 2300 cm3 , turbo
Puissance : 290 ch à 5400 tr/mn
Couple : 440 Nm à 3000 tr/mn
Boîte de vitesse : automatique, 10 rapports
Poids : 1803 kilos
Vitesse maxi : 230 km/h
0 à 100 km/h : 5,5 secondes
Conso officielle / de l’essai : 9,1 l/100 / 11,5 l/100
Prix : gamme à partir de 39900 € (à partir 45 900 € pour notre modèle d’essai).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here