Essai – Volkswagen Touareg V6 TDI : l’offensive Premium

0
550
Atmosphere equipment line

On ne va pas se répéter : le SUV, c’est l’avenir (enfin, selon les gens du marketing, et les chiffres de vente, aussi). Donc, après 1 million d’unités construits sur deux générations depuis 2002, le Volkswagen Touareg nous revient dans une troisième version, plus mature et infiniment plus séduisante. Par Philippe Guillaume

• C’est quoi ?
8 cm de plus en longueur, 4 de plus en largeur, 1 de moins en hauteur : on reconnaît malgré tout l’air de famille du Touareg, même si ses lignes se sont affirmées, avec des ailes arrières plus bombées, une belle dose de chrome sur la calandre et des optiques au design particulièrement soigné (avec, notamment à l’arrière, un effet d’alternance haut / bas pour attirer l’attention lors des manœuvres !). Avec ses 4,87 m de long, le VW Touareg a une certaine prestance au point qu’on pourrait presque le confondre avec un Porsche Cayenne. C’est du compliment, ça !

• Et à l’intérieur ?
Là aussi, ça a été complètement revu. Notre modèle d’essai, en finition haut de gamme Carat Exclusive, comportait malgré tout quelques options qui le rendaient encore plus agréable, telles que les sièges en cuir « savona » (820 €) où la sono Dynaudio 730 W (assez remarquable, à 1820 €). Néanmoins, entre le grand toit ouvrant vitré, le tableau de bord digital, la grande dalle de 15 pouces en position centrale, la fine bande de LEds sur le tableau de bord et les contre-portes (30 teintes possibles), on se sent vraiment choyé dans un univers soigné, complet et très confortable. Dommage que la partie inférieure de la planche de bord fasse toutefois appel à des plastiques assez durs !

 

• Et sous le capot ?
Un seul moteur est proposé pour l’instant : le fameux V6 TDI, bien connu dans le groupe VAG. C’est un excellent moteur, souple, mélodieux et puissant. Il délivre 286 ch et 600 Nm de couple, ce qui est suffisant pour conférer à cette grosse auto des performances très respectables (le 0 à 100 en 6, 1 secondes et 238 km/h en vitesse de pointe). Il est associé à une excellente boîte automatique à 8 rapports, douce et réactive à la fois. Enfin, en bon SUV, le Touareg est un vrai 4×4 : une molette sur la console centrale permet de sélectionner des modes de conduite (neige, sable etc) et si l’on ose, on voit alors qu’il passe partout !

 

• Et au volant, ça donne quoi ?
Première impression : le confort ! Avec la suspension pilotée, les excellents sièges et la très bonne isolation phonique (à 130 km/h sur l’autoroute, on n’entend quasiment aucun bruit), les kilomètres défilent dans une belle sérénité. Ensuite, c’est une forme de force tranquille, car l’alliance entre le moteur et la boîte font que jamais la route ne devient une contrainte : dépassements, montées sur l’autoroute, rien ne semble difficile à ce Touareg, même les petites départementales où, grâce à ses roues arrières directrices qui peuvent pivoter jusque 4°, il dévoile une agilité insoupçonnée !

 

• Son point fort ?
L’homogénéité ! Entre le bel espace intérieur (avec 810 l de coffre et une banquette arrière qui pivote sur 21° et se déplace sur 16 cm, aucune tâche familiale ne lui fait peur), les qualités routières remarquables et la présentation intérieure qui lorgne du côté des véritables autos premium, il constitue une offre difficile à éviter pour qui cherche un gros SUV.

Le verdict de Stuff
Sans aucun doute, VW monte en gamme et ce Touareg le prouve une fois de plus. Avec lui, les longues distances ne deviennent qu’une formalité et une fois arrivé à destination, le hors-piste est possible…

 

 

Les chiffres clés
Moteur 6 cylindres en V, 2967 cm3 , turbo diesel
Puissance : 286 ch à 3500 tr/mn
Couple : 600 Nm à 2200 tr/mn
Boîte de vitesse : automatique, 8 rapports
Poids : 1995 kilos
Vitesse maxi : 238 km/h
0 à 100 km/h : 6,1 secondes
Conso officielle / de l’essai : 6,9 l/100 / 9,5 l/100
Prix : gamme à partir de 70460 € (à partir 78910 € pour notre modèle d’essai

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here