Essai – Volkswagen T-Roc Cabriolet 1.5 TSI : un si lourd héritage !

0
69

Tiens, un SUV deux portes cabriolet… Ça, c’est le genre d’auto pas trop banale. Voici pourquoi elle nous a plu ! Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Avant de poser cette question, prenons un peu de recul, s’il vous plaît  ! Le cabriolet et Volkswagen, c’est une longue histoire d’amour. Allez, avouez  : ne vous-êtes jamais arrêté devant une Coccinelle Cabriolet (ancienne ou même récente), une Golf Cabriolet (ah, la Golf de première génération  !), voire une Eos  ? Ou alors une Karman Ghia  ? Eh bien tout cela, c’est du passé. Car, répétez après moi cette phrase déjà écrite une bonne centaine de fois dans la rubrique auto de ce site aux nobles idéaux  : «  le SUV, c’est à la mode  »  ! En effet, ils représentent plus la moitié des ventes de voitures neuves. Donc, la stratégie «  cabriolet  » de VW passe donc par le SUV  ! Un mélange des genres, exploré par le passé par les Nissan Murano et Range Rover Evoque.

Et comment ont-il fait ?
C’est simple, ils sont partis d’un T-Roc, qui est, pour aller un peu vite, la cousine SUV de la Golf, et avec laquelle elle partage de nombreux éléments techniques. Par contre, il a quand même fallu sérieusement le modifier  : déjà, on passe de quatre à deux portes. Donc, à l’exception de la face avant, il a fallu tout changer, ou presque, avec des portières plus longues et une malle de coffre nettement plus petite, tandis que l’empattement s’accroit de 3,7 cm  ! Ensuite, il faut tout renforcer car, sans toit, les contraintes sur le châssis ne sont pas les mêmes  : ainsi, malgré l’utilisation d’une capote souple en toile, la version Cab’ est plus lourde de 194 kilos que le T-Roc standard.

Et sous le capot ?
Un Diesel dans un cabriolet, c’est presque incongru. On a donc que de l’essence purement thermique, et pas encore de version disposant d’une hybridation. Si certains marchés proposent le pétillant petit 1.0 3 cylindres de 115 ch, la France n’offre son T-Roc Cab’ qu’avec le très bon 1.5 TSI de 150 chevaux. Un excellent moteur, disposant d’un système (imperceptible) de désactivation des cylindres sous faible charge (seuls deux des quatre cylindres sont alimentés pour réduire la consommation). Avec 150 ch et 250 Nm, il offre des performances très correctes pour ce type de véhicule (205 km/h chrono, le 0 à 100 en 9,6 secondes). Disponible avec une boîte manuelle ou, comme sur notre véhicule d’essai, avec la très recommandable boite DSG7, une automatique à double embrayage, pour une conduite plus relaxante.

Et au volant, ça donne quoi ?
Ça commence mal  ! En effet, la présentation est un peu cheap, avec pas mal de plastiques durs et bas de gamme qui rappellent une Golf 3, or on est quand même dans une auto à près de 40 000 €. VW pourrait faire un effort sur ce plan. Par contre, ensuite, tout va pour le mieux. D’abord, parce qu’au premier rayon de soleil, on décapote d’une simple pression sur un bouton, en moins de 10 secondes (et à moins de 30 km/h, donc ça passe crème au premier arrêt au feu  !). Ensuite  : position de conduite agréable, tableau de bord et info-divertissement clairs, ergonomiques et lisibles (mention pour le Virtual Cockpit, toujours agréable), bon niveau d’équipement (sièges chauffants – mais pas de chauffage de nuque, dommage), caméra de recul, aides à la conduite pléthoriques. On a déjà dit tout le bien que l’on pensait de l’ensemble moteur & boite. Terminons avec la bonne isolation phonique de la capote, tandis que sur petite route, grâce au filet anti-remous, on peut discuter avec son passager sans avoir à trop lever la voix. Enfin, la banquette arrière rabattable ajoute aux aspects pratiques. Côté négatif  : une visibilité vers l’arrière assez limitée (mais la caméra de recul est là), et un châssis neutre mais pas très joueur. Une auto faite pour la balade, donc.

Son point fort ?
C’est de perpétuer l’esprit historique des cabriolets VW en l’inscrivant dans la modernité. Une vraie auto du quotidien que l’on savoure encore plus en vacances.

Le verdict de Stuff 
Etonnant au début, le concept du SUV cabriolet séduit à l’usage. Position de conduite surélevée, confort de premier plan, tête à l’air aux beaux jours sans subir trop de remous. Bien joué VW !

Les chiffres clé 
Moteur 4 cylindres en ligne, 1498 cm3, turbo
Puissance  : 150 ch à 5000 tr/mn
Couple  : 250 Nm à 1500 tr/mn
Boîte de vitesse  : automatique à double embrayage, 7 rapports
Poids  : 1524 kilos
Vitesse maxi  : 205 km/h
0 à 100 km/h  : 9,6 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 5,5 l/100 / 8,3 l/100
Prix  : gamme à partir de 38.600 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here