Essai – Volkswagen Multivan T7 e-hybrid : la légende se modernise

0
82

Des plages californiennes aux familles aisées des beaux quartiers, le Volkswagen Combi, dont la descendance s’appelle Multivan, est une légende, une icône  ! Pour la 7e version de sa longue carrière, il se modernise, se met à l’hybride rechargeable et cela lui va bien. Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Il s’en est passé, du temps, entre le Kombi de première génération, dont le premier prototype a été présenté en 1949, du T1 «  split window  » qui fait le bonheur des surfeurs californiens à la version «  23 fenêtres  » qui fait celui des collectionneurs, à notre véhicule hybride rechargeable d’aujourd’hui. En 1952, il avait déjà été produit à 100 000 exemplaires, puis un million en 1962, 5 millions en 1981, et la légende continue depuis  ! Kombi, Combi, Transporter, Multivan, le fourgon familial de Volkswagen a toujours réussi à rester cool au gré des évolutions et des changements de noms et des 13 millions d’exemplaires produit en tout. Dans une histoire aussi riche que variée, on notera que la version T4 marque une révolution  : le moteur quitte la baie arrière pour passer à l’avant, l’engin se modernise et son gabarit est plus généreux. Notre version T7, pour 7e génération, est de son côté bien plus qu’une légère évolution  : elle conserve les fondamentaux de la famille, mais évolue en profondeur.

Justement, qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?
Tout  ! Si l’allure générale conserve la filiation avec les précédentes générations de Multivan, tout a changé  ! On le reconnait déjà grâce à sa nouvelle signature visuelle, aux LEDs plus affinés, et dans la finition bicolore de notre version d’essai (une option à 3068 €), où les deux bandes de peintures étaient séparées par un jonc chromé très qualitatif, notre Multivan en jette. C’est aussi tout nouveau à l’intérieur, avec une modularité repensée, une instrumentation entièrement numérique et une ergonomie optimisée du poste de conduite, notamment grâce à la présence du tout petit sélecteur de la boîte de vitesse automatique, hérité des Golf 8. Enfin, et cela ne se voit pas, c’est tout nouveau dessous, avec une plateforme de dernière génération, ce qui permet au Multivan de se mettre à la page des assistants de sécurité et des aides à la conduite. Bref, tout nouveau, tout beau.

Et sous le capot ?
Le Multivan T7 est disponible avec trois motorisations  : deux essence (1.5 TSI de 136 chevaux, peut-être un peu juste vu la masse et le gabarit de l’engin, et 2.0 TSI de 204 chevaux), et surtout, une version hybride rechargeable, qui cumule le 1.4 TSI (136 ch et 250 Nm) avec un moteur électrique de 118 ch et 330 Nm, alimenté par 13 kWh de batteries. L’association des deux permet de sortir 218 chevaux et 350 Nm de couple, de quoi offrir des performances correctes avec 190 km/h en pointe et 11,6 secondes pour quitter le péage et passer de 0 à 100 km/h. Dans les faits, en adoptant la conduite coulée qui colle au gabarit de l’engin et à la présence de la famille nombreuse à bord, cette version e-hybrid ne donne pas le sentiment d’être sous-motorisée. Oh, et n’oublions pas le reste de ses arguments  : une fiscalité avantageuse, 50 kilomètres d’autonomie théorique sur les batteries et une consommation officielle mixte de 1,8 l/100. Ceci à condition de le recharger le plus régulièrement possible, bien entendu. Certaines rumeurs font état de l’arrivée prochaine, sur certains marchés, d’une version 2.0 TDI, qui fera évidemment sens pour ceux qui dévorent les kilomètres.

Et au volant, ça donne quoi ?
C’est fantastique ! Les 7 places à bord permettent une vraie modularité, même s’il faudra bien choisir sa configuration au moment de signer le bon de commande. Mention spéciale au rack coulissant qui peut passer des sièges avant à ceux du rang du milieu, avec des petites tablettes pouvant se déployer. Les aspects pratiques sont légion dans ce Multivan. Une fois à bord, le conducteur découvre un environnement nettement plus moderne, avec une instrumentation numérique et une finition de bon aloi sur la planche de bord. Confortablement installé, il ne reste plus qu’à découvrir l’engin, et pour commencer, vérifier qu’il tient bien une bonne quarantaine de kilomètres sur les batteries, ce qui est appréciable en ville, notamment par son silence de fonctionnement et la douceur de conduite que cela implique. Les formes assez carrées aident à avoir à l’œil ses dimensions généreuses (4,97 m de long – une version de 5,17 m est également disponible – pour 1,94 m de large et 1,90 m de haut, ce qui lui autorise l’accès à de nombreux parkings souterrains). Sur route, le Multivan T7 a fait des progrès phénoménaux en termes de confort de conduite et de réduction des bruits  : l’on s’y sent aussi à l’aise que dans une berline, avec une qualité d’amortissement à citer en exemple et qui est à mille lieux de l’effet «  camionnette  » que l’on aurait pu craindre. Bref, les kilomètres défilent en toute sérénité, et l’hybridation, même batteries vides, est une technologie efficace, en témoigne la consommation de 7,5 l/100 enregistrée sur route, à quatre dedans, et 8,6 l/100 sur autoroute, raisonnable pour un aussi gros véhicule.

Son point fort ?
Il est gros, il est puissant, il échappe au malus, il peut traverser les ZFE en mode «  zéro émission  », il est remarquablement confortable et terriblement cool à regarder  : le Multivan e-hybrid coche toutes les cases.

Le verdict de Stuff
Si c’est le ID.Buzz entièrement électrique qui reprendra bientôt le flambeau de la légende du Combi, ce Multivan e-hybrid bien dans son époque est aussi efficace que séduisant.

Les chiffres clé 
Moteur  : 4 cylindres en ligne, turbo + moteur électrique
Cylindrée  : 1395 cm3
Puissance  : 218 ch à 4900 tr/mn
Couple  : 350 Nm à 1000 tr/mn
Boîte de vitesse  : automatique à double embrayage, 6 rapports
Poids  : 2225kilos
Vitesse maxi  : 190 km/h
0 à 100 km/h  : 11,6 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 1,8 l/100 / 8 l/100
Prix  : gamme Multivan T7 à partir de 47400 €, version d’essai à partir de 55080 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here