Essai – Volkswagen Arteon Shooting Brake TSI 190, la fonction et la forme

0
34

Que ceux qui considèrent les breaks comme des cubes grisâtres et aussi triste que la journée d’un VRP dans une province pluvieuse changent d’avis avec cet Arteon Shooting Brake au style sculptural. Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Le nom «  shooting brake  » ne vous dit rien  ? Sachez que cela remonte à la plus grande tradition anglaise, qui consistait à rendre des coupés plus logeables afin que les Lords puissent emmener leurs chiens et leurs fusils à la chasse : quelques Aston Martin, Jaguar et Rolls Royce ont été carrossées de la sorte, imitées ensuite par de rares Ferrari. Plus proches du peuple, les Volvo P1800 et 480 en ont aussi été de beaux exemples. Mais avec l’arrivée de la Mercedes CLS, quelques décennies plus tard, le « shooting brake  » s’est aussi marié avec la berline à quatre portes. Pour revenir à notre auto d’essai, cette sculpturale Volkswagen Arteon sublime une base technique de Passat (ce fut déjà le cas par le passé avec la Passat CC) en lui donnant des formes plus aguicheuses.

Justement, qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?
Si l’Arteon est apparue courant 2017, sa déclinaison Shooting Brake est, elle, nouvelle au catalogue. Certes, le style prime un (tout petit) peu sur la fonction  : ses lignes plus élancées font perdre un peu de la capacité de coffre de la Passat (moins 85 litres), mais il en reste 1632, ce qui permet d’aller acheter tranquillement des étagères suédoises à monter en kit. Autre nouveauté, à souligner : depuis 2020, la signature visuelle des Arteon a changé et barre désormais l’intégralité de la base de la calandre. Très impressionnant.

Et sous le capot ?
Chez Volkswagen, on ratisse souvent large ! L’Arteon Shooting Brake peut donc embarquer diverses mécaniques bien connues au sein du groupe VAG  : en haut de l’affiche, on retrouve le 2.0 320 chevaux des versions R. En «  bas  », deux blocs de 150 ch, le 2.0 TDI et le 1.5 TSI. Notre version d’essai était le 2.0 TSI avec la puissance de 190 chevaux et la boîte DSG7, qui offre déjà un joli dynamisme (le 0 à 100 est couvert en 7,9 secondes). Mais la version la plus diffusée sera peut-être le 1.4 hybride rechargeable de 218 chevaux, fiscalement intéressant, ou peut-être la TDI 200 chevaux, impériale pour les gros rouleurs.

!

Et au volant, ça donne quoi ?
Plein de bonnes choses : déjà, le bond qualitatif est appréciable avec un intérieur spacieux, très bien équipé, bien fini, dans lequel l’on se sent choyé. Le tableau de bord entièrement digital permet de configurer ses affichages ou d’avoir la pleine carte du GPS en face des yeux. La position de conduite est parfaite, les sièges autorisent de longs parcours sans fatigue et tant la qualité d’amortissement que d’insonorisation donnent vraiment dans le haut de gamme ! Si, comme souvent, la boîte de vitesse DSG7 privilégie trop l’économie en passant les rapports à très bas régime, pouvant engendrer parfois un certain manque de dynamisme, il est possible de reprendre la main ou de rétrograder et de laisser l’Arteon Shooting Brake démontrer à quel point elle est une routière impériale. Le mode «  Sport  » (qui fait s’illuminer les écrans du tableau de bord et les contreportes de rouge  !) change un peu la donne. Les suspensions pilotées savent prodiguer du confort sans altérer le plaisir de conduite, impérial de stabilité en ligne droite et très agréable en courbe serrée. Enfin, en partageant ses dessous avec ceux de la Passat, on retrouve donc très logiquement un joli gabarit (4,86 m de long) et un espace à bord vraiment généreux. Et côté techno, ça assure avec le «  Travel Assist  », qui permet une conduite partiellement automatisée jusque 210 km/h

Son point fort ?
C’est, outre la large palette de mécaniques disponibles sous le capot, de ré-enchanter le break  ! Cette Arteon Shooting Brake n’impose que peu de compromis pour affirmer son style

Le verdict de Stuff 
A la louche, il y a quelques milliers d’euros d’écart (genre 5000 €) avec une Passat SW  : c’est le prix pour que l’Arteon Shooting Brake apporte une touche de dynamisme et un gros zeste de désirabilité en plus. On aime !

Les chiffres clé 
Moteur  : 4 cylindres en ligne, turbo
Cylindrée  : 1984 cm3
Puissance  : 190 ch à 5100 tr/mn
Couple  : 320 Nm à 1500 tr/mn
Boîte de vitesse  : automatique à double embrayage, 7 rapports
Poids  : 1625 kilos
Vitesse maxi  : 233 km/h
0 à 100 km/h  : 7,9 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 7,9 l/100 / 8,1 l/100
Prix : gamme à partir de 48.440 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here