Essai – Toyota GR Supra 3.0 : Japan racer ?

0
31

Grâce à des films comme Fast & Furious et bien d’autres, la sportive japonaise tient une place à part dans le cœur des fans d’automobiles. Avec la GR Supra, Toyota revient aux affaires. Un coupé aussi stylé qu’attachant. Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Dans un monde automobile qui tend à l’uniformisation, la sportive biplace devient une espèce de plus en plus rare. Preuve étant que, les chiffres de vente ayant tendance à rétrécir, même les plus grandes marques mondiales cherchent à optimiser leur développement (coupés et cabriolets ne représentent que 1 % du marché auto). Prenez Toyota, par exemple  : pour le coupé GT86, ils avaient déjà fait un partenariat avec Subaru (qui proposait la BRZ, assez proche). Un cran au-dessus, cette GR Supra est, elle aussi, conçue avec un autre constructeur  : BMW. En réalité, ses dessous sont ceux d’une BMW Z4 (dont on vous a proposé l’essai de la version M40i il y a quelques mois). Les fans d’automobiles se souviennent du nom Supra, qui en est ici à sa quatrième génération. Voire plus, si l’on considère que ses gènes remontent à la GT 2000 de 1967, interprétation japonaise de la sublime Jaguar Type E, avec son long capot et son arrière court et rebondi à la fois, tandis que le double bossage du toit est un hommage aux grandes heures de la carrosserie italienne menée par Zagato  ! La GR Supra en reprend les codes, et fait même penser à une autre icône britannique plus récente, la TVR Sagaris. Toujours est-il qu’elle ne laisse pas indifférent, cette Toyota !

Justement, qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?
Tout  ! Il en a coulé, de l’eau sous les ponts, depuis la précédente génération de Supra (1993-2002), avec son six cylindres biturbo de 330 ch qui lui permettait d’aller botter le cul de l’icone allemande du moment, la Porsche 928  ! C’est dire si la Supra a marqué les esprits. Et c’est dire si cette nouvelle génération était attendue des fans. De fait, Toyota s’est associé à BMW pour ce projet. Une union pour le meilleur !

Et sous le capot ?
Dans cette version GR 3.0, ce n’est autre que le six cylindres en ligne 3.0 turbo de la Z4 M40i. On pourrait crier au scandale, mais en réalité, c’est le contraire. Pourquoi  ? Parce que l’ensemble moteur / boite du constructeur allemand est, comme toujours, excellent  ! Avec 340 ch et 500 Nm de couple, une bonne boîte auto à 8 rapports, douce et réactive selon l’usage, on est bien  ! La sonorité du 6 cylindres est un régal en toutes circonstances, en mode cruising comme pied au plancher, passant du feulement au rugissement  ! Autre moteur dispo  : un 4 cylindres 2.0, toujours d’origine BMW, et fort de 258 ch, ce qui est déjà très respectable !

Et au volant, ça donne quoi ?
Plein de bonnes choses  ! Si le tableau de bord est spécifique, on retrouve ses marques BMW, avec une console centrale (sympa, le placage en carbone autour du levier de vitesse  !) et une ergonomie déjà vue dans la Z4. La position de conduite est idéale, assis bas, les fesses sur le train arrière, avec une direction hyper précise. L’amortissement est ferme, sans être cassant  ; en gros, on a le feeling sportif tout en conservant du confort  ! La boîte auto à 8 rapports et le velouté du 6 cylindres font qu’en usage quotidien, la Supra ronronne à bas régime, tout en douceur. Mais elle ne demande qu’à hausser le rythme, car la GR Supra bénéficie de réglages de suspension spécifiques et sa rigidité lui permet de jouer des virages comme une véritable voiture de sport, là où le Z4, en bon cabriolet, incite plus à la balade. On découvre alors une auto parfaite de précision et de sensations, des valeurs de plus en plus rares dans le monde automobile  ! Et au quotidien, elle reste conciliante, tandis que l’affichage tête haute, le maintien de ligne et le freinage d’urgence vous accompagnent. Mention spéciale à la sono JBL, très correcte, ainsi qu’au chargeur de smartphone par induction, qui vous facilitent la vie…

Son point fort ?
L’union BMW / Toyota a du bon. Vous voulez un cabriolet  ? Pensez Z4. Vous voulez un coupé stylé  ? La Supra est là pour vous. Et ce d’autant qu’en plus de notre version 3.0 d’essai, elle existe aussi dans une version d’accès, moins chère, avec un quatre cylindres 2.0 (258 ch) déjà bien performant mais moins taxé. Par contre, pour les fans de performances, la GR 3.0 vient aussi de sortir dans une série limitée Jarama (du nom d’un circuit en Espagne, près de Madrid), avec coloris bleu spécifique, mais limitée à 90 exemplaires pour l’Europe.

Le verdict de Stuff 
Des performances de feu mais une véritable douceur d’utilisation, des sensations mécaniques authentiques grâce au 6 cylindres turbo, une définition Coupé qui permet de ne pas craindre les risques d’une auto capotée comme le Z4  : la Supra GR 3.0 fait partie d’une espèce en voie de disparition. On adore, et on vous conseille d’en profiter avant que le monde automobile ne soit réduit à des cubes électrifiés et sans âme…

Les chiffres clé 
Moteur  : 6 cylindres en ligne, turbo
Cylindrée  : 2999 cm3
Puissance  : 340 ch à 500 tr/mn
Couple  : 500 Nm à 1600 tr/mn
Boîte de vitesse  : automatique, 8 rapports
Poids  : 1570 kilos
Vitesse maxi  : 250 km/h
0 à 100 km/h  : 4,3 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 8,2 l/100 / 11,0/100
Prix  : gamme Supra à partir de 49  900 €, version GR 3.0 à partir de 63 900 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here