Essai – Suzuki Swift Sport Boosterjet Hybrid, la tête de l’emploi

0
255
Suzuki Swift Sport Malaga 18 avril 2018

Elle est une réminiscence des petites GTI des années 80, mais se rachète une vertu avec son système d’hybridation légère. Présentation pimpante, moteur puissant et conduite agréable, la Suzuki Swift Sport est un cas à part dans le monde automobile… Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Souvenez-vous. Jeanne Mas. Véronique et Davina. George Michael. Les années 80  : le must automobile, c’était alors la GTI. Des petites autos, une puissance entre 100 et 130 chevaux, un poids contenu aux environs d’une tonne  : que du bonheur. Et puis l’idéal automobile a changé. Il s’est boursouflé. Plus de poids. Plus de SUV. Et au volant, on s’ennuyait ferme. A l’instar d’un petit village gaulois bien connu, certains constructeurs font de la résistance. On vous a déjà parlé de Suzuki à l’occasion de l’essai de la dernière génération de Jimny, un petit 4×4 léger et astucieux. La marque japonaise est toujours là avec la dernière génération de la Swift Sport, une autre icône des amateurs de petites sportives. Mais cette fois, elle passe à l’hybridation, c’est dans l’air du temps…

Et qu’est-ce qui change, sous la capot ?
Suzuki conserve le moteur 1.4 Turbo de la génération précédente, mais lui adjoint une micro-hybridation 48 V. Le système est light  : on ne peut pas la recharger ni rouler en mode tout électrique, mais un moteur électrique de 10 kW (13,6 ch) vient apporter du boost au démarrage et lors des relances. Les puristes vont hurler  : c’est plus de poids (à cause du moteur électrique et des batteries), et, en plus, moins de puissance que par le passé (129 ch au lieu de 140). De fait, les performances régressent (le 0 à 100 prend une seconde, à 9,1). Mais la vérité est ailleurs  : d’abord, on ne passe pas son temps à démarrer au feu vert façon course de dragster, et surtout, les sacro-saintes émissions de CO2 ont baissé  ! Et la prise de poids reste contenue  : la Swift Sport ne pèse que 1025 kilos…

 

Et à l’intérieur ?
Parlons de l’extérieur d’abord, si vous le voulez bien, avec une calandre qui s’est modernisée, affinée, plus dynamique, avec des optiques soulignés de LEDs. A l’arrière, on apprécie le diffuseur en (faux) carbone qui entoure les deux sorties d’échappement. A l’intérieur, l’espace est très correct pour une auto de 3,89 m de long. Certes, comme dans toute voiture japonaise de grande série, les plastiques durs sont de la partie, mais au moins, c’est costaud. J’ai apprécié le tableau de bord lisible avec son gros compte-tours sur fond rouge, le système d’info-divertissement ergonomique et lisible (et compatible CarPlay), les jolis sièges baquet confortables et qui maintiennent bien… Enfin, on aime le bon niveau d’équipement  : sièges chauffants, régulateur de vitesse adaptatif, alerte de franchissement de ligne, reconnaissance des panneaux, alerte de trafic en marche arrière, freinage actif d’urgence…

 

Et au volant, ça donne quoi ?
Plein de bonnes choses  ! Si la position de conduite est un peu haute pour une auto à vocation sportive, on est bien installé à bord et les kilomètres défilent en toute sérénité. Le silence à bord est appréciable, au moins aux vitesses légales. Le moteur est bien rond, coupleux dès les plus bas régimes, merci au boost de l’unité électrique, c’est un véritable allié d’une conduite rapide mais coulée, parfaitement bien desservi par une boîte 6 aussi bien étagée qu’agréable à manier. Bref, voici une citadine que l’on peut emmener sur de longs trajets…
Par contre, le caractère du moteur n’a rien de sportif  : malgré la zone rouge à plus de 6000 tr/mn, il n’a plus rien à raconter passé 4500, un peu comme… un Diesel (sic). Plutôt que de sortir la grosse attaque, la Swift Sport préférera un mode de conduite «  enroulé rapide  », auquel cas elle fera merveille. Le châssis est neutre et facile à appréhender. Quand on la bouscule dans une série de virages  : train avant précis, peu de roulis, arrière qui enroule au lever de pied, là, enfin, y’a du sport !

 

Son point fort ?
Pimpante, encore plus dans son coloris jaune historique, la Swift Sport Boosterjet Hybrid est une citadine bien élevée et performante. Elle manque un peu de peps quand on la bouscule, mais reste une compagne de route très agréable…

Le verdict de Stuff 
La Swift Sport est plus GT que sportive, mais une citadine efficace, dotée d’un moteur coupleux et de vraies aptitudes routières, c’est vraiment agréable !

Les chiffres clé 
Moteur 4 cylindres en ligne, 1373 cm3
Puissance  : 129 ch à 5500 tr/mn
Couple  : 235 Nm à 2000 tr/mn
Boîte de vitesse  : manuelle, 6 rapports
Poids  : 1055 kilos
Vitesse maxi  : 210 km/h
0 à 100 km/h  : 9,1 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 4,7 l/100 / 7 l/100
Prix  : gamme Swift à partir de 14.540 €, Swift Sport Hybrid à partir de 22.100 €

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here