Essai – Suzuki Jimny, la voiture de Rambo !

0
112

Alors que de plus en plus de choses, d’objets et de personnes cherchent à se faire passer pour ce qu’elles ne sont pas, le nouveau Suzuki Jimny ne ment pas : il est exactement ce à quoi il ressemble, un petit 4×4 simple et efficace. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir nettement progressé côté techno. Par Philippe Guillaume

• C’est quoi ?
Mais regardez donc cette bonne bouille ! Le nouveau Suzuki Jimny s’inscrit dans la lignée des Jeep, Land Rover Defender et Mercedes Classe G, ces 4×4 rustiques et qui ont la têted de l’emploi. C’est carré, c’est solide, c’est fonctionnel, ça passe partout, bref, c’est tout le contraire de ces pseudo-SUV surélevés et à 2 roues motrices, qui se donnent des airs snob dans nos villes mais qui resteront tankés à la première averse de neige.

• Et qu’est-ce qui change ?
Tout. Et rien ! En fait, le concept reste identique : après plus de 20 ans de carrière et alors qu’il a encore battu des records de vente en France l’an dernier, le Jimny se renouvelle. La conception ne change pas : c’est un vrai 4×4, qui mise plus sur ses capacités à passer partout que sur ses performances. La boîte manuelle se contente de 5 rapports (une unité automatique est disponible en option) mais elle est compensée par une gamme de rapports courts et la possibilité, grâce à un petit levier, de passer en 4 roues motrices dès que les conditions de route se dégradent.

• Et à l’intérieur ?
C’est là que ça change vraiment ! Le nouveau Jimny se met à la page (Jimmy Page, de Led Zep, humour !) et l’intérieur n’a rien à envier aux autos modernes. On trouve ainsi une grande dalle tactile au milieu de la planche de bord, avec une sono assez correcte vu le type d’engin, une fonction de reconnaissance vocale qui marche bien (souvent, mais une fois, alors que je lui demandais la rue de Vivienne, elle m’a envoyé à DisneyLand Paris – du coup je l’ai traitée de grosse conne, mais elle ne semble pas réceptive aux insultes), un GPS efficace, tout cela fait vraiment progresser l’ambiance à bord du Jimny. Par contre, malgré ses dimensions contenues (1,64 m de large), on cale deux adultes devant sans se sentir dans une horrible promiscuité, mais à l’arrière (le nouveau Jimny fait seulement 3,48 m de long), ce sera passagers (avec des très petites jambes) ou bagages, que l’on cale facilement grâce à une languette qui permet de rabattre rapidement les sièges.

• Et au volant, ça donne quoi ?
Le silence à bord à progressé et l’agrément de conduite, grâce à un levier de vitesse plus direct, même si les débattements longs restent typés 4×4. On peut cruiser à 130 km/h sans avoir trop besoin de lever la voix pour converser avec ses passagers. Et au volant du Jimny, on attend avec impatience la prochaine averse de neige. Ou une forêt à traverser, pour prendre un raccourci !

• Son point fort ?
Ses aptitudes en tout-terrain sans sacrifier l’agrément sur la route ou au quotidien, d’autant qu’il braque bien et se gare dans l’emplacement d’une Smart !

Le verdict de Stuff
La voiture de Rambo à l’échelle 0,5, c’est le nouveau Jimny. Il est toujours aussi capable tout en se révélant encore plus fréquentable dans le cadre d’une utilisation quotidienne ou urbaine.

Les chiffres clé
Moteur 4 cylindres en ligne, 1462 cm3
Puissance : 102 ch à 6000 tr/mn
Couple : 130 Nm à 4000 tr/mn
Boîte de vitesse : manuelle, 5 rapports
Poids : 1090 kilos
Vitesse maxi : 145 km/h
0 à 100 km/h : nc secondes
Conso officielle / de l’essai : 6,8 l/100 / 8,1 l/100
Prix : gamme à partir de 17225 € (modèle d’essai Pack à partir de 19995 €)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here