Essai – Skoda Kamiq 1.0 TSI, bien sous tous rapports

0
58

Les SUV sont à la mode (refrain connu). La marque tchèque Skoda, membre de la nébuleuse Volkswagen, décline sa troisième proposition. Après le Kodiad et le Karoq, bienvenue au petit Kamiq. Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Avant tout, un peu de vocabulaire : en langage Inuit, Kamiq désigne un truc dont la forme fait la fonction. Carré, bien campé sur ses appuis, de dimensions raisonnables (4,24 m de long, soit 1 cm de plus qu’un Renault Captur) et de mécaniques qui le sont tout autant, le Kamiq a donc tous les attributs d’un petit SUV urbain, soit exactement le créneau qui a plus le vent en poupe dans notre marché automobile. Bien entendu, avec ses lignes cunéiformes, on n’a pas de mal à le rattacher à l’offre globale du groupe VW (un soir de nuit sans lune et de brouillard, il est possible de le confondre avec un Seat Ateca ou Arona, ou un VW Tiguan).

Quels sont ses arguments, alors ?
Son look dans l’air du temps, avec en plus une petite guirlande de LEDs au-dessus des optiques, un peu comme un Citroën C5 Aircross, et du coup, la signature visuelle est un peu inédite pour une Skoda. Ensuite, c’est l’espace intérieur. Les Skoda ont la réputation d’être intelligemment agencées (la Superb est la limousine la plus spacieuse de son segment, par exemple), et le Kamiq ne fait pas exception, avec un beau coffre (de 400 à 1395 litres) ainsi qu’une banquette arrière qui laisse de la place aux adultes. Ce n’est pas tout : Skoda soigne aussi les aspects pratiques, avec un petit grattoir à givre installé dans la trappe à essence, un parapluie dans les portières (oui, comme chez Rolls Royce !).

Et sous le capot ?
On retrouve dans grande surprise les motorisations « de base » du groupe VW. Entendez par là que le Kamiq offre des puissances raisonnables, synonymes de malus et de consommations maîtrisées. En essence, on a donc le petit 3 cylindres 1.0 en versions 95 et 116 ch, ainsi qu’un 4 cylindres 150 ch ; en Diesel, c’est le 1.6 TDI 116 qui officie sous le capot. Nous avions le 1.0 TSI 95 chevaux, avec la boîte manuelle à 5 rapports. A noter que, tout SUV qu’il est, le Kamiq n’existe pas en 4×4.

Et au volant, ça donne quoi ?
Dans le cadre d’un usage quotidien, comme lors de cet essai, le petit moteur de 95 ch suffit déjà, présentant une bonne souplesse à bas régime et un couple déjà agréable, qui lui permet de suivre le trafic sans soucis ! Par contre, le fait de n’avoir qu’une boite 5 donne une démultiplication un peu longue qui impose parfois de jouer du levier (aux débattements un peu amples, mais aux verrouillages précis). Ceux qui font de la route auront plus intérêt à choisir le 1.0 TSI 116 ch avec la boite auto DSG7, par exemple. Sinon, le Kamiq se laisse mener en toute tranquillité et dévoile un bel agrément au quotidien : souplesse, confort, bon niveau d’équipements, à condition de prendre le second niveau de finition, appelé Style. Même avec cette motorisation de base, le tableau de bord entièrement digital fait plaisir à voir, tandis que l’écran d’info-divertissement n’a rien à envier aux plus grands. Seule l’assistante vocale, prénommée Laura, fait la sourde oreille quand on a envie de lui donner des instructions… En ville, le freinage d’urgence est efficace.

Et à part ça ?
C’est un secret assez bien gardé : les Skoda sont en général les meilleures affaires du groupe Volkswagen, avec un rapport prix/ équipement / prestations qui est difficile à battre, tandis qu’elles bénéficient des mêmes technologies, des mêmes bases techniques (moteur, châssis) et des même innovations que leurs cousines. Ici, le niveau de présentation et de finition est impeccable.

Le verdict de Stuff
Skoda avance ses pions avec une nouvelle auto efficace et bien sous tous rapports à l’usage. Ce n’est pas tout : Skoda proposera très bientôt des motorisations hybrides rechargeables. Attendons nous donc à entendre encore parler des tchèques…

 

Les chiffres clé
Moteur 3 cylindres en ligne, 999 cm3, turbo
Puissance : 95 ch à 5000 tr/mn
Couple : 175 Nm
Boîte de vitesses : manuelle, 5 rapports
Poids : 1214 kilos
Vitesse maxi : 181 km/h
0 à 100 km/h : 11,1 secondes
Conso officielle / de l’essai : 5,1 l/100 / 6,2 l/100
Prix : gamme à partir de 19870 €, modèle d’essai à partir de 25380 €

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here