Essai – Seat Tarraco 2.0 TDI 150 : accueillante Ibère

0
33

On connaît le crédo  : pas de salut sans SUV. C’est ainsi que la marque espagnole Seat en a récemment ajouté trois à son catalogue. Arona, Ateca, Tarraco  : nous avons essayé le plus grand et le plus accueillant de la famille. Par Philippe Guillaume

1. C’est quoi ?
C’est à la fois une bonne nouvelle et un peu aussi, un casse-tête. En effet, au sein du très fourni groupe Volkswagen, qui partage aisément sa technologie et ses soubassements entre toutes ses marques, faire le bon choix semble parfois un peu compliqué. En effet, allez expliquer à l’acheteur potentiel en quoi c’est mieux d’aller choisir un VW Tiguan Allspace, ou un Skoda Kodiaq, ou ce dernier Seat Tarraco  ? Dans tous les cas, l’air de famille est flagrant, avec des lignes plus ou moins anguleuses et des formes plus ou moins tranchées selon l’identité visuelle de la marque, mais à l’intérieur et en termes de prestation, on n’est pas dépaysé d’un modèle à l’autre. Toutefois, cela permet aussi à Seat de consolider son offre dans un segment très disputé et, avec ce Tarraco, on apprécie la nouvelle calandre, à l’identité plus marquée, ainsi que le bandeau arrière qui relie les feux, même s’il n’est pas éclairé (ça reste, là, l’apanage du premium  !).

2. À l’intérieur, c’est comment ?
C’est propre, solide, bien agencé, ergonomique. Bon, pour le folkore, on repassera, et l’ensemble reste peut-être un peu sombre et on encore un peu trop de plastiques. Mais la clientèle à la recherche de sérieux en aura pour son argent. Par contre, si Seat a pu par le passé être le parent pauvre du groupe VW, ce n’est plus le cas. A l’intérieur, le Tarraco impressionne par les graphismes et l’ergonomie de son système d’info-divertissement (qui offre Apple CarPlay, Android Auto et Alexa), tandis que le tableau de bord «  Digital Cockpit  » de série, entièrement numérique et qui peut faire apparaître le GPS en gros entre les compteurs, fait carrément son effet  ! Enfin, on notera la possibilité d’une configuration en 7 places (les deux dernières sont toutefois à réserver de préférence à des enfants), et la présence d’une banquette arrière coulissante sur 17 cm au second rang, tandis que le volume de coffre, sièges repliés, peut aller jusque 1920 litres. Accueillante, cette Tarraco.

3. Et sous le capot ?
Là, on est en plein dans le grand classicisme VW, et au final, c’est tant mieux. En essence, 1.5 TSI 150 ch ou 2.0 TSI 190 ch  ; en Diesel, 2.0 TDI 150 ou 190 ch, avec des possibilités de boite automatique à double embrayage DSG et même la transmission à quatre roues motrices sur certaines versions. Notre auto d’essai était l’entrée de gamme Diesel, avec la boîte manuelle à 6 rapports, et qui offre déjà des performances suffisantes (plus de 200 chrono, le 0 à 100 sous la barre symbolique des 10 secondes, pas mal, en fait). On apprécie surtout sa belle sobriété et son silence de fonctionnement en régime de croisière.

4. Et au volant, ça donne quoi ?
Un sentiment de tranquillité. Bien calé dans d’épais sièges au revêtement en tissu gris chiné, on ajuste sa position de conduite au poil et l’on se laisse mener en souplesse, par le couple et la rondeur du 2.0 TDI. Ce moteur n’incite pas à l’attaque (la commande de boîte a même des débattements assez longs), mais la souplesse des suspensions et l’ensemble très homogène en font une excellente routière que l’on conduit en toute sérénité.

5. Son point fort ?
Le Tarraco est homogène dans tous les compartiments du jeu. Bien équipé, doté d’une panoplie d’aides sécuritaires à la page (alerte anti-collision, freinage d’urgence, régulateur adaptatif, feux automatiques, lecture des panneaux…), confortable et sur, c’est une auto de choix pour la famille.

Le verdict de Stuff 
Ca bouge chez Seat ! Entre le lancement de Cupra, une marque sportive, l’annonce de l’arrivée l’an prochain d’un Tarraco hybride rechargeable et l’arrivée de scooters électriques, la marque espagnole tire dans toutes les directions. En attendant, ce Tarraco séduit par l’ensemble de ses prestations.

Les chiffres clé 
Moteur 4 cylindres en ligne, 1968 cm3, turbo Diesel
Puissance  : 150 ch à 3500 tr/mn
Couple  : 340 Nm à 1750 tr/mn
Boîte de vitesse  : manuelle, 6 rapports
Poids  : 1687 kilos
Vitesse maxi  : 202 km/h
0 à 100 km/h  : 9,8 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 4,9 l/100 / 6,5 l/100
Prix : gamme à partir de 33.370 € (version d’essai Xcellence à partir de 40.090 €).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here