Essai – Porsche Taycan Sport Turismo 4S, entre style et performance

0
64

Le «  break de chasse  », c’est un peu l’aristocratie du monde automobile  ! Porsche réinterprète le concept sur la base de la Taycan, sa grande berline 100 % électrique. Le résultat est excessivement séduisant… Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Le break de chasse, c’est mettre un peu de volume de chargement à une auto racée (plus pour le style que pour l’efficacité, en réalité). En réalité, c’est un peu le nec plus ultra du monde automobile. Historiquement, on pense à quelques transformations sur base d’Aston Martin DB5, des Jaguar Type E série 3, de quelques Jaguar XJS Eventer et autres Ferrari 400, voire même de deux exemplaires de Porsche 928 construits par l’usine  ! Mais sur la base de la Porsche Taycan, la firme de Zuffenhausen a sorti cette version Sport Turismo et, en toute franchise, l’exercice de style est magistral. On est loin du côté empâté de quasiment tous les SUV du marché, et l’engin dégage une aura qui montre que, tout à la fois, la vie de famille, le plaisir de conduite et les performances seront au rendez-vous.

Justement, qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?
Par rapport à une Porsche Taycan, cette version Sport Turismo, qui reprend bien évidemment la base de la berline, propose à la fois plus de garde au toit aux places arrière (45 mm de gagnés) et, bien évidemment, un coffre plus généreux, qui offre de 446 à 1212 litres (sièges rabattus), soit un gain de 39 à 400 litres par rapport à la berline Taycan. Et ajoutons à cela un petit coffre, mais fort utile, de 84 litres, sous le capot avant.

Et sous le capot ?
Notre Taycan Sport Turismo 4S offrait 571 chevaux et 650 Nm de couple. Autant dire que l’on n’est que rarement gêné pour dépasser, et ça, c’est un gage de sécurité  ! Le Taycan Sport Turismo existe aussi dans une version «  standard  » (408 ch, 345 Nm), en version GTS (598 ch, 850 Nm) et même dans des mal nommées «  Turbo  » (680 ch, 850 Nm) et «  Turbo S  » (761 ch, 1050 Nm). Cette dernière envoie le 0 à 100 km/h en 2,8 secondes, de quoi vous maltraiter les cervicales  ! Notre version 4S n’a pas à rougir, elle le fait en 4 secondes, ce qui a de quoi faire de vous le roi de chaque passage au feu vert  ! A noter, également, que la batterie de 93,4 kWh propose 442 kilomètres d’autonomie en usage mixte, et même 535 kilomètres en ville. En ce qui nous concerne, avec l’effet «  hiver  », on était plus sur 310 kilomètres en usage mixte. Heureusement, la Taycan accepte des charges super rapides, jusqu’à 270 kW, à condition de trouver la borne adéquate. Dans ce cas, on recharge de 5 à 80 % en 22 minutes, le temps d’un café et d’une pause clope, ce qui est mauvais pour la santé, on le rappelle. Par contre, conduire cette Taycan, c’est bon pour le moral, on le rappelle aussi et on en parle ci-dessous.

Et au volant, ça donne quoi ?
Tristesse de notre époque  : le plaisir de conduire, c’est mal et la plupart des autos électriques sont devenues des congélateurs à roulette dans lesquels tout est fait pour que l’encéphalogramme reste bien à plat. Pas de cela dans notre Taycan Sport Turismo 4S. Pour électrique qu’elle soit, elle reste une Porsche. Le feeling de la direction, le mordant des freins, l’exceptionnel calibrage des suspensions, tout cela vous délivre directement de belles sensations de conduite. On les apprécie d’autant plus que l’intérieur, avec des sièges en cuir de belle qualité, vous donne envie de passer des heures au volant de cette auto. Autre bon point  ; là où certains constructeurs de voitures électriques conçoivent des tableaux de bord hyper futuristes, Porsche se plie bien évidemment au tout tactile (il y a même, en option, un écran tactile devant le siège passager), mais l’ergonomie de l’ensemble reste à la fois simple et naturelle.

Sur la route, le bonheur est à nouveau au rendez-vous. On découvre alors que le confort de suspensions est une réussite absolue, avec ce qu’il faut de fermeté pour ressentir la route, mais toujours enveloppé dans une ouate bienvenue. Évidemment, les performances sont au premier plan et les reprises (la Taycan passe de 80 à 120 km/h en 2,3 secondes) permettent de dépasser en toute sécurité, d’autant que Porsche a doté cette auto d’une boite de vitesse à deux rapports, pour favoriser à la fois le dynamisme et une vitesse de croisière élevée, très appréciée sur ses terres natales. Et au besoin, l’ambiance sonore peut se muer en un grondement sourd à mi-chemin entre le vaisseau spatial et le prototype du Mans, ça aussi, c’est rigolo.

Son point fort ?
Un peu plus habitable que la berline Taycan, cette version Sport Turismo cumule look ravageur, facilité de conduite absolue et performances décoiffantes. Évidente au quotidien, gratifiante quand le rythme de conduite augmente, voici le genre d’engin qui nous fait aimer le véhicule électrique.

Le verdict de Stuff 
Chez Porsche, il y a la 911… et le reste  ! Mais le reste est violemment séduisant, à l’instar de cette Taycan Sport Turismo 4S (qui existe également en version Cross Turismo, un peu surélevée, comme si vous alliez faire du tout-terrain avec ce genre d’engin). Peu importe  : tout électrique qu’elle soit, cette Porsche est une vraie Porsche et, à son volant, le plaisir de conduite est total !

Les chiffres clé 
Moteur électrique synchrone à aimants permanents
Puissance  : 571 ch
Couple  : 650 Nm
Boîte de vitesse  : automatique, 2 rapports
Poids  : 2220 kilos
Vitesse maxi  : 250 km/h
0 à 100 km/h  : 4 secondes
Conso officielle / de l’essai  : de 21 à 26 kWh/100 / 22,5 kWh/100
Prix  : gamme Taycan Sport Turismo à partir de 92015 €, modèle d’essai 4S à partir de de 112562 €

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here