Essai – On a testé la Peugeot 208, la voiture de l’année !

0
33

Peugeot vient de décrocher un nouveau sacre  : celui de voiture de l’année 2020, avec la 208. Cela valait bien un essai. Alors, verdict ? Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Champagne & cotillons ! Chez Peugeot, tout le monde fait la grosse teuf  ! La 208 a été élue «  voiture de l’année 2020  », et, pour la marque française, c’est une réelle consécration. Notons toutefois qu’elle est habituée aux honneurs  : Peugeot a reçu ce titre en 2017 avec la 3008, en 2014 avec la 308, en 2020 avec la 307  ! Et si l’on remonte un peu plus loin, on a aussi le sacre de la 405 (1988) voire de l’incroyable 504 (1969, année de naissance de votre serviteur !).

Et donc ?
Peugeot, à un moment de son histoire, était en grande difficulté. On peut dire que la 205 les a sauvés. Et celles qui ont suivi ont permis de conserver une dynamique positive  : 206, 207… et la 208, dont la première génération remonte à 2012, vendue à 2750000 exemplaires  : un véritable succès  ! Nous voici donc avec la seconde génération de 208. Elle reprend, et c’est tout à son honneur, les codes stylistiques de la famille  : feux à LEDs, dents de tigre à l’avant, trois griffes à l’arrière. Alors que les autos compactes ont souvent peu de style, ressemblant toutes à des clones de petites patates, la 208 sort carrément du lot.

Quels sont ses autres arguments ?
Par rapport à la précédente génération, tout est nouveau  ! A commencer parce qui ne se voit pas : la partie technique de cette 208, et l’on en pourra pas en vouloir au groupe PSA pour cela, est globalement assez proche de celle de ses cousines. Peugeot 2008, DS3 Crossback, Opel Corsa  : tout ceci partage châssis et mécaniques. La bonne nouvelle, c’est que cette nouvelle 208 aura donc droit, comme ses cousines, à un large panel de motorisations  : Diesel, essence (comme sur mon modèle d’essai), mais aussi tout électrique avec la e-208, qui possède la base technique de la DS3 Crossback E-Tense, déjà essayée sur Stuff.

Et au volant, ça donne quoi ?
C’est carrément sympa  ! Pour cet essai de la voiture de l’année 2020, nous avons eu la chance d’obtenir la version essence la plus puissante  : la 1.2 Puretech 130. On rappellera avec nostalgie que, dans le temps, une 205 GTI 1.9 faisait, elle aussi, 130 ch. Nonobstant, la nouvelle 208, malgré ce niveau de puissance, n’est pas réellement sportive. Certes, les performances sont plutôt de haut niveau pour une citadine, avec des chiffres qui dépassent largement son ancêtre, et un plaisir de conduite qui est réel. Peu importe  : au quotidien, on apprécie réellement l’aisance qu’est la sienne de se jouer du trafic en toute facilité. Par ailleurs, l’ambiance intérieure, avec le petit volant, le nouveau tableau de bord numérique «  3D  », les touches «  piano  » sur la console centrale, tout ceci contribue à créer une ambiance assez haut de gamme.

Et à part ça ?
Peugeot continue de bouger dans tous les sens. Outre l’arrivé quasiment simultanée des 208 et de sa version SUV, le 2008, toutes deux également disponibles en technologie full électrique, sans parler des  «  grosses  » 3008 et 508, toutes deux développées en hybride et hybride rechargeable, ça évolue vers la mobilité green.

Le verdict de Stuff 
Voilà qui sans conteste va encore plus booster la carrière de cette sympathique citadine, qui séduisait déjà par son esthétique, son intérieur, son plaisir de conduite et les multiples motorisations qu’elle proposait, avec une offre tout électrique…

Les chiffres clé 
Moteur 3 cylindres en ligne, 1199 cm3, + turbo
Puissance  : 130 ch à 5500 tr/mn
Couple  : 230 Nm à 1750 tr/mn
Boîte de vitesses  : automatique, 8 rapports
Poids  : 1158 kilos
Vitesse maxi  : 208 km/h
0 à 100 km/h  : 8,7 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 4,5 l/100 /6,2 l/100
Prix  : gamme à partir de 15.500 € (modèle d’essai à partir de 26.300 €)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here