Essai – Nissan Leaf 40 kWh : vive la reine !

0
287

Puisque l’avenir s’annonce électrique, passons une bonne semaine dans l’auto qui ouvre la voie pour toute la concurrence, tout simplement parce qu’elle est la plus vendue au monde. Bienvenue à la Nissan Leaf 40 kWh. Par Philippe Guillaume

C’est quoi cette auto ?
C’est quoi ? Avec plus de 300 000 exemplaires vendus depuis 2011, la Nissan est tout simplement l’auto 100 % électrique la plus vendue au monde, et ce fut la première auto électrique abordable vendue à grande échelle ! Autant dire que cette nouvelle génération est de la plus haute importance pour cette firme qui est empêtrée dans le Carlos-Goshn-gate !

 

Qu’est-ce qui change ?
Déjà, le look. La première avait une allure particulière : c’était une sorte de grosse patate avec le nez d’un beluga et l’arrière de la Venus Hottentote, d’un point de vue artistique, c’était osé. En même temps, c’était aussi fait exprès pour que les acheteurs puissent montrer à leur voisinage qu’ils avaient fait un choix différent qu’ils assumaient complètement. Maintenant que grâce à la Leaf, l’auto électrique compacte est rentrée dans les mœurs (une double preuve : tous les concurrents s’y mettent et 94 % des propriétaires de la première génération se déclaraient satisfaits de leur auto), la Leaf peut rentrer dans le rang. D’un point de vue esthétique, elle est plus dans la norme, avec un arrière assez banal, mais un avant plus acéré, d’ailleurs pas dépourvu d’une petite touche d’agressivité. On peut aussi choisir un toit de couleur contrastée, ce qui affine encore la ligne.

Et d’un point de vue technique ?
La aussi, ça change beaucoup : le moteur est devenu plus puissant (150 ch au lieu de 109 – tel celui que l’on retrouve sur la fourgonnette e-NV 200 Evalia, récemment publié sur notre site), soit 38 % de plus, mais il est aussi plus coupleux (pour les accélérations et reprises instantanées) : 320 Nm au lieu de 254, soit 26 % de plus. Si la vitesse de pointe stagne (144 km/h, c’est suffisant pour une auto de cette vocation et c’est aussi lié à la logique complexe du système de transmission), les reprises et accélérations sont beaucoup plus vives avec notamment le 0 à 100 couvert en 7,9 secondes seulement, soit le jour et la nuit face à l’ancien modèle qui le faisait en 11,5 secondes. Et le tout avec une grande douceur grâce à la e-Pedal.

 

La e-quoi ?
La e-Pedal. Et c’est carrément génial ! En fait, il s’agit d’une fonction du freinage régénératif à la décélération, mais qui est tellement bien calibrée en augmentant sa puissance progressivement, qu’avec un peu d’habitude, on en revient à 95 % du temps en ville et dans des univers tels le périphérique parisien, à ne plus jamais utiliser la pédale de frein traditionnelle. Avec le silence de fonctionnement, cela participe à une expérience de conduite qui est parfaitement zen. Et si l’on est sur route, il suffit de la désactiver pour se jouer du relief et du trafic, et utiliser la fonction roue libre dès que l’on décélère…

Son point fort ?
Son ? Non : ses points forts. Car la Leaf abat ses arguments dans de nombreux domaines. Confort, avec de bon sièges, un excellent silence de fonctionnement et une finition plus valorisante qu’auparavant, notamment sur mon modèle d’essai, une version haut de gamme Tekna avec l’intérieur clair mi cuir mi tissu. De même, la qualité du comportement routier et le plaisir ressenti au volant sont nettement plus marqués qu’à bord de la génération précédente. Ensuite, elle fait le plein de technologies : fonction Pro-Pilot, (maintien de ligne et régulateur adaptatif par rapport à l’auto qui précède, le tout doublé d’une aide au parking en créneau ou en épi, si l’on choisit le Pro-Pilot Intelligent Parking), la Leaf est à la pointe, sans même mentionner le CarPlay avec fonction Siri. Enfin, grâce à ses toutes nouvelles batteries de 40 kWh, elle revendique une autonomie qui est de 270 km en cycle WTLP mixte normalisé, et qui pourrait frôler les 400 km en usage strictement urbain. De quoi faire sortir l’automobile électrique de son ghetto en lui retirant quasiment son fil à la patte, puisque sur une borne rapide, elle peut récupérer 80 % de ses capacités de batterie en une heure.

 

Le verdict de Stuff 
La Leaf gagne en maturité, beaucoup en performances et un peu en autonomie. Voilà une bonne nouvelle, d’autant que se profile une version 62 kWh qui offre 217 chevaux et 385 km d’autonomie, pour faire encore plus rimer électrique avec plaisir de conduite !

 

Les chiffres clé 
Moteur électrique synchrone
Puissance : 150 ch
Couple : 320 Nm
Boîte de vitesse  automatique
Poids : 1543 kilos
Vitesse maxi : 144 km/h
0 à 100 km/h : 7,9 secondes
Conso officielle : 180 Wh/ km
Prix : gamme Nissan Leaf à partir de 30.400 €, version d’essai E+ Tekna à partir de 39.500 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here