Essai – Nissan e-NV 200 Evalia : l’électrique, c’est fantastique

0
63
The upgraded Nissan e-NV200: The LCV market game changer. Zero-emissions van, now goes further than ever on a single charge

Artisans ou chef de famille nombreuses, voici la solution à vos problèmes de transport : le Nissan e-NV 200 est le fourgon 100 % électrique le plus vendu d’Europe. Ça méritait bien un essai. Par Philippe Guillaume

C’est quoi cette camionnette ?

Certes, son design assez carré n’en fait pas un premier prix de beauté. Néanmoins, depuis l’invention de la fameuse Renault Estafette (1959), on sait que pour avoir du volume, il faut donner dans le cubisme. Donc le Nissan e-NV 200 est assez carré, c’est u fait. Et cela, que ce soit dans la version utilitaire, comme dans celle, appelée Evalia, dédiée au transport de personnes. Mais quelle que soit la finalité, les soubassements sont les mêmes : et ça marche, puisqu’il s’agit de l’utilitaire le plus vendu en Europe. Et puis, prenons un peu de recul : avec sa couleur sombre bleu métallisé et ses vitres teintées, c’est un peu une version en réduction des vans chez aux VIP !

 

Et comment ça fonctionne ?

C’est très simple : un moteur électrique synchrone, dont la puissance a été récemment portée à 40 kWh, alimente l’engin. Au programme : silence, facilité d’utilisation, zénitude au volant et un vrai bonheur en utilisation quotidienne. Et surtout, après quelques années de commercialisation, Nissan a doté le e-NV 200 des mêmes batteries que la Leaf, l’auto électrique la plus vendue au monde. Résultat : l’autonomie officielle est annoncée à 301 km en cycle WTLP urbain et 200 km en cycle mixte.

 

Mais ces chiffres, c’est du pipeau !
En fait, pas du tout ! Lors d’un essai d’une semaine, j’ai pu constater que la e-NV 200 Evalia faisait 220 km d’autonomie lors d’un usage urbain et péri-urbain, et qu’une fois les batteries rechargées, et le mode « éco » sélectionné (il limite l’usage des sources d’énergie périphériques, comme la climatisation, par exemple), je repartais avec 264 km d’autonomie annoncée au compteur.

Et au volant, ça donne quoi ?

Les performances paraissent modestes, avec 123 km/h en vitesse de pointe et le 0 à 100 km/h couvert en seulement 14 secondes. Et pourtant, au quotidien,  il est assez vif, avec de belles accélérations de 0 à 60 km/h, ce qui est suffisant en usage urbain. Ensuite, le e-NV 200 ne peut renier ses origines utilitaires : entre le volant plat, la position de conduite surélevée, la direction surmultipliée, le roulis en virage, on va vite comprendre qu’il faut rouler cool. En même temps, avec 6 autres personnes à bord (et un coffre de plus de 420 litres dans cette configuration), personne n’a envie de signer un chrono !

 

Son point fort ?

Ce sont les différentes configurations. En version Evalia, il propose jusque 7 places, mais un fourgon à 2 places avec 4,2 m3 et 720 kilos de charge utile est également disponible, soit de quoi mettre deux europalettes. Ce n’est pas tout : grâce à une fonction de recharge rapide, il peut se recharger à 80 % entre 40 et 60 minutes. Et le GPS avec fonction Nissan Connect planifie votre itinéraire en fonction des bornes de recharge. Enfin, sa modularité est exemplaire : jusqu’à 2940 litres de chargement si l’on en conserve que les deux sièges avant, jusqu’à 2,80 mètres de chargement si l’on replie tous les sièges côté gauche, 1,30 m de hauteur sous plafond, c’est l’engin idéal des sorties de fin de semaine chez Ikea !

Le verdict de Stuff
Avec nettement plus de 200 kilomètres d’autonomie réelle et vérifiée, le Nissan e-NV 200 offre des prestations qui seront suffisante dans la vraie vie de la plupart d’entre nous. Et la douceur de conduite de ces autos électriques reste vraiment appréciable.

Les chiffres clé
Moteur électrique synchrone
Puissance : 109 ch
Couple : 254 Nm
Boîte de vitesse  automatique
Poids : 1619 kilos
Vitesse maxi : 123 km/h
0 à 100 km/h : 14 secondes
Conso officielle : 259 Wh/ km
Prix : gamme Nissan e-NV 200 Evalia à partir de 43.100 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here