Essai – Mercedes GLA250e, l’étoile branchée

0
74
Mercedes-Benz GLA 250 digitalweiß; Leder zweifarbig - classicrot/schwarz;Kraftstoffverbrauch kombiniert: 6,7-6,5 l/100 km; CO2-Emissionen kombiniert: 153-148 g/km Mercedes-Benz GLA 250 digital white; Leather, two-tone - classic red/black;Fuel consumption combined: 6.7-6.5 l/100 km; combined CO2 emissions: 153-148 g/km

Un petit SUV aux dimensions compactes, parfaites pour la ville, une étoile, un badge premium et une belle présentation, la possibilité de parcourir jusque 60 kilomètres sur les batteries  : le nouveau Mercedes GLA250e a tout compris  ! Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
C’est la seconde génération de GLA, un petit SUV assez compact (4,41 m de long) qui est, disons une sorte de Classe A surélevée et encore plus branchée  ! C’est le cas de le dire dans cette version 250e, qui a l’intérêt d’offrir une motorisation hybride rechargeable. Et puis ne trouvez-vous pas qu’elle a une bonne bouille ?

Effectivement, elle a un air de famille !
La filiation avec la Classe A est là, même si l’allure de ce GLA est encore plus affirmée. Sur la calandre, l’étoile se pare d’un entourage argenté, propre aux déclinaisons SUV de la marque, tandis qu’à l’arrière, le bouclier renforcé, qui unit les deux sorties d’échappement, lui donne un air baroudeur indéniable. Un sentiment que l’on retrouve au volant, puisque l’on est assis 14 cm plus haut que dans une Classe A et que l’on a vraiment le sentiment de dominer la route  ! Le reste de la planche de bord ne suprendra pas les habitués de la marque  : on retrouve cet intérieur aussi moderne que stylé, avec les deux grandes dalles numériques, impeccable de lisibilité et d’ergonomie, complétées par le système MBUX de reconnaissance vocale, extrêmement abouti. Les trois gros aérateurs centraux, l’éclairage nocturne paramétrable et le haut niveau de finition sont autant d’attributs qui permettent de se sentir vraiment bien à bord.

Et sous le capot ?
L’appellation 250 est trompeuse, mais c’est le cas depuis longtemps chez les trois grands constructeurs allemands premium  ! On retrouve sous le capot, non pas un 2.5, mais un petit 4 cylindres 1.3 d’origine Renault, qui développe 160 ch et 250 Nm  : cerise sur la prise, il est couplé à un moteur électrique (102 ch et 300 Nm), et la puissance cumulée ressort à 218 ch et 450 Nm, ce qui autorise, malgré le poids élevé (1775 kilos), des accélérations très correctes (le 0 à 100 est couvert en à peine plus de 7 secondes). Le moteur électrique est alimenté par une batterie de 15,6 kWh, qui permet, en théorie, près de 60 kilomètres d’autonomie. Bien entendue, la gestion électronique permet de choisir de rouler en tout électrique, actif jusque 140 km/h, et de bénéficier de trois niveaux de freinage régénératif. Côté recharge, il faut compter plus de 6 heures sur une prise domestique, moins de 40 minutes sur une prise rapide 24 kW, et environ 3 heures sur une wallbox domestique.

Et au volant, ça donne quoi  ?
Plein de bonnes choses  ! Mentionnons d’abord le bien-être à bord, avec une excellente position de conduite  ! On se sent bien au volant, avec un intérieur et une instrumentation bien agréables. Evidemment, on commence notre essai avec les batteries pleines  : pas de doute sur la vivacité, presque assortie d’un rien de brutalité lorsque l’on enfonce un peu trop vivement l’accélérateur au démarrage. Le niveau de puissance annoncé est vraiment là  ! Côté comportement, c’est aussi neutre que sécurisant, avec une direction plutôt précise et un amortissement un rien sec sur les petites bosses en ville (nous avions une version AMG Line avec les roues de 20 pouces, peut-être pas indispensables sur un véhicule hybride, même si le look, oh boy !), plus conciliante sur route avec la vitesse. Côté autonomie, par contre, impossible d’approcher les 60 kilomètres annoncés  : en hiver, avec le chauffage et la radio, c’est plutôt une bonne trentaine qu’il faut espérer, ce qui n’est déjà pas si mal. De toutes façons, l’hybride rechargeable se révèle sur les trajets du quotidien, à condition d’avoir la possibilité de recharger le plus souvent possible au boulot ou à la maison. Sur la route, la GLA250e est souveraine, en dépit d’un petit réservoir (35 litres) qui peine à fournie 400 km d’autonomie sur les longs trajets. Néanmoins, les kilomètres défilent sans aucune fatigue… d’autant que les assistants à la conduite, fort complets, m’ont semblé mieux calibrés et moins intrusifs que lors de l’essai de la Classe B200d réalisé l’an dernier.

Et à part ça ?
Outre ce GLA250e, il faut souligner l’offensive de Mercedes en matière d’hybridation, avec une gamme qui couvre tous les segments (compactes, berlines, SUV, essence et même Diesel dans le cas de la C 300de  !), avec une quinzaine de modèles proposés, soit l’offre la plus étendue chez un constructeur  ! La marque à l’étoile agit vite et bien, et ambitionne de devenir incontournable sur le marché français sur l’hybride rechargeable, et on comprend pourquoi  !

Le verdict de Stuff 
Comme toute hybride rechargeable, elle ne représente pas la solution unique et absolue aux problématiques actuelles de mobilité. Mais dans le cadre de trajets quotidiens, avec possibilité de recharger facilement, le GLA250e s’impose par son homogénéité et son agrément.

 

Les chiffres clé 
Moteur 4 cylindres en ligne, 1332 cm3, + moteur électrique
Puissance  : 218 ch à 5500 tr/mn
Couple  : 450 Nm à 1620 tr/mn
Boîte de vitesses  : automatique, 8 rapports
Poids  : 1775 kilos
Vitesse maxi  : 220 km/h
0 à 100 km/h  : 7,1 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 1,5 l/100 / 7,3 l/100
Prix  : gamme à partir de 42.299 € (à partir de 48.600 € pour notre modèle d’essai)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here