Essai – Mercedes EQC 400 : l’étoile du futur !

0
37
Mercedes-Benz EQC 400 4MATIC; designo selenitgrau magno; AMG Line; Ledernachbildung ARTICO; Mikrofaser DINAMICA schwarz;Stromverbrauch kombiniert: 20,8 – 19,7 kWh/100 km; CO2-Emissionen kombiniert: 0 g/km* Mercedes-Benz EQC 400 4MATIC; designo selenite grey magno; AMG Line; ARTICO man-made leather / DINAMICA microfiber black;ombined electric energy consumption: 20.8 - 19.7 kWh/100 km; combined CO2 emissions: 0 g/km*

Ca y est : les principaux constructeurs premium entrent dans le monde de l’auto électrique. Ce Mercedes EQC est particulièrement séduisant… Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Vous connaissez le GLC, ce SUV reposant sur la base technique de la Mercedes Classe C  ? Eh bien, pour faire un raccourci rapide, c’est un GLC au châssis renforcé et adapté pour loger 650 kilos de batteries, nécessaires pour alimenter les deux moteurs électriques (un par essieu, ce qui en fait à l’occasion un 4 roues motrices) et les 2,4 tonnes de l’engin. Avec plus de 400 chevaux et quasiment 400 kilomètres d’autonomie revendiqués, cet EQC tient son rang face à la concurrence premium, tout en ayant sa propre identité. De même, si l’allure générale est connue et s’intègre sans aucun doute dans le style Mercedes, on ne peut d’ailleurs qu’être subjugué par le travail fait sur les optiques et notamment sur la fine barre de LEDs qui recouvre le capot avant. De nuit, effet assuré pour cette auto qui semble provenir du futur !

 

Techniquement, comment ça se passe ?
C’est très simple  : Mercedes a placé deux moteurs électriques asynchrones (qui ne demandent pas de terres rares, contrairement aux moteurs synchrones), l’un sur l’essieu avant, l’autre à l’arrière. On a donc une auto à quatre roues motrices, mais sans arbre de transmission, c’est l’électronique qui gère. Ensuite, c’est d’une sérénité totale, c’est d’ailleurs la grande force des autos électriques. L’électronique gère l’ensemble et on avance dans un vrai silence, dans cette auto puissante et douce à la fois.

 

Et à l’intérieur ?
On retrouve la dernière génération du style Mercedes, avec les deux grands écrans numériques qui occupent quasiment les deux tiers de la planche de bord  ! Effet «  voiture du futur  » garanti, une nouvelle fois. L’affichage est paramétrable, le design est stupéfiant, la lisibilité est impeccable. Si, dans la concurrence, Audi et son E-tron 55 va un peu plus loin encore (trois écrans dont deux tactiles), sa technologie confine un peu à l’esbroufe avec les rétroviseurs remplacés par des caméras, tandis que la Jaguar I-Pace, par ailleurs pas inintéressante, est moins bonne en finition  : voici qui fait de l’EQC 400 le meilleur compromis de la bande. Et ce d’autant que le système d’info-divertissement MBUX et son fameux «  Hey, Mercedes, quel temps fait-il à Marseille  ?  » est tout simplement le meilleur du genre.

 

Et au volant, ça donne quoi ?
Que des bonnes choses  : notamment par le choix de différents modes de conduite qui transfigurent le comportement de l’auto, face à une Jaguar plus sportive et une Audi plus placide. Ici, l’EQC s’apprécie tout en douceur ou en dynamisme. Le mode «  éco  » augmente l’autonomie, mais crée un «  point dur  » artificiel sur la pédale d’accélérateur, pas super agréable. Autant la laisser en mode confort et profiter de ses aptitudes routières. Les palettes au volant permettent de gérer le niveau de frein moteur et de récupération d’énergie. Au volant, on reste serein en toutes circonstances, même avec une autonomie qui tournera plus atour des 300 km (test réalisé en hiver) que des 400 annoncés…

 

Son point fort ?
C’est d’abord de vous faire oublier qu’il s’agit d’une voiture électrique. Avant tout, c’est une vraie Mercedes  : stylée, statutaire, confortable, à l’intérieur accueillant. Ensuite, il suffit d’avoir une Wallbox à la maison ou de maitriser le réseau Ionity pour planifier son itinéraire… ou de suivre les indications du GPS qui tient en compte ces paramètres en calculant l’autonomie et les temps de recharge…

Le verdict de Stuff 
Mercedes s’électrise : l’EQC préfigure l’arrivée d’une plus petite EQA et d’un van EQV… tandis que l’hybride rechargeable est également proposé sur les classes A, B, C, E et S. De quoi répondre à tous les besoins…

 

Les chiffres clé 
Moteur : 2 moteurs électriques asynchrones
Puissance : 408 ch
Couple : 760 Nm
Boîte de vitesse : continue, 4 roues motrices
Poids : 2420 kilos
Vitesse maxi : 180 km/h
0 à 100 km/h : 5,1 secondes
Conso officielle / de l’essai : 22,3 kWh /100 / 30 kWh/100
Prix : gamme à partir de 79.249 €

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here