Essai – Maserati Levante GT Hybrid : s’adapter, avec style

0
196

Plus personne, même les plus nobles blasons automobile, ne peut échapper à une électrification partielle ou totale de ses gammes. Le gros SUV de Maserati, le Levante, reçoit donc une motorisation hybride, pour faire baisser ses émissions de CO2. Nous l’avons essayé dans les environs de Saint-Tropez… Par Philippe Guillaume

1. C’est quoi ?
Quoi, un SUV chez Maserati  ? Bah oui, la marque a beau s’être forgé un palmarès sportif respectable (Juan Manuel Fangio, ça vous dit quelque chose), le SUV est l’engin qui a sauvé Porsche, qui permet à Lamborghini de doubler ses ventes et surtout, qui plaît aux familles. Alors, en attendant le très prochain Grecale, qui ira croiser le fer avec les Porsche Macan et consorts, on salue, depuis 2016, l’arrivée du Levante, un grand SUV (5005 mm de long), logeable, confortable, spacieux, statutaire et qui n’a rien, bien au contraire, d’une Maserati au rabais. Récemment restylé, offrant une signature visuelle impressionnante, avec des LEDs soigneusement travaillés et une calandre majestueuse au centre de laquelle trône le mythique trident, la signature de la marque, le Levante en impose.

2. Justement, qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?
Ce qu’il y a de nouveau, c’est que pour les constructeurs, il faut désormais se plier à une réduction des émissions de CO2, et que si le moteur Diesel y parvient, il n’est plus en odeur de sainteté. Maserati l’a annoncé  : la firme italienne conçoit parfaitement que l’automobile haut de gamme et racée puisse rimer avec l’électrique, et elle y viendra prochainement. En attendant, pour mettre son Levante en phase avec la modernité, elle a opté pour une motorisation hybride, que l’on distingue de l’extérieur par quelques subtiles touches bleutées sur la carrosserie. La berline Ghibli, essayée ici récemment, a d’ailleurs eu droit au même traitement.

3. Et sous le capot ?
On a sa dignité  : les quatre belles sorties d’échappement posent le pedigree de l’engin  ! Toutefois, sous le capot, alors que subsistent dans la gamme de belles motorisations V6 et V8, développées conjointement avec Ferrari, cette Levante GT Hybrid reprend à son compte un quatre cylindres en ligne de 2.0, d’origine Alfa Roméo (ça reste dans la famille), en fait passer la puissance de 280 à 330 ch et, avec l’aide d’un booster 48 V, accompagne électriquement l’auto lors des démarrages et des phases de relance. Maserati n’a pas fait le choix d’une technologie hybride rechargeable, à ses yeux synonyme de surpoids, de contraintes et de plaisir de conduite dégradé.

4. Et au volant, ça donne quoi  ?
Espace, calme et volupté  ! On a immédiatement ses aises dans cette Levante GT, entre la qualité des sièges en cuir, les placages de bois et, c’est incontournable, la petite horloge de bord qui trône au milieu de la console centrale, on sent que d’avaler des kilomètres, ça va se faire en sérénité. C’est d’ailleurs un mix entre confort, silence et volupté qui alimentent les premières impressions. Le Levante GT Hybrid dispose de plusieurs modes de conduite et, c’est vrai qu’en mode Sport, sa sonorité change et devient plus expressive, avec une sorte de souffle puissant accompagnant les montées en régime, tandis que la réactivité à l’accélération est accentuée. Pas d’inquiétudes  : les velléités sportives associées à la marque italienne sont bien présente, mais s’agissant d’un véhicule volumineux à vocation familiale, c’est dans le cas d’une conduite plus apaisée que ses qualités s’expriment le mieux. Force est d’ailleurs de constater que le moteur 4 cylindres, que l’on pourrait croire à la peine sous un capot aussi généreusement dimensionné, anime l’auto avec un vrai brio, grâce au couple généreux (450 Nm, tout de même) et à une boîte de vitesse bien étagée, qui offre déjà de jolies reprises dans les mi-régimes. Mention spéciale à l’ergonomie du système d’info-divertissement, claire et intuitive. Malgré son appartenance, désormais, au groupe Stellantis (Peugeot & co), Maserati continue de travailler pour que l’expérience utilisateur reste haut de gamme dans son interface. Ainsi, le «  toucher de route  » (direction, suspension, feeling des freins) est lui aussi particulièrement soigné.

5. Son point fort ?
Sans aucun doute, la Levante GT Hybrid parvient à faire oublier la précédente version Diesel, en étant plus véloce (elle couvre le 0 à 100 en 6 secondes au lieu de 6,9, et gagne 10 km/h en vitesse de pointe), tout en offrant un silence de fonctionnement incomparable et un comportement plus précis, grâce à un train avant devant supporter un moteur plus léger. Douce au quotidien, impériale d’efficacité sur de longs trajets, cette Levante GT Hybrid fait preuve d’une polyvalence impossible à prendre en défaut. Enfin, on notera que Maserati développe un programme poussé de personnalisation, et qu’en compagnie d’un designer de la marque, il est possible de vous faire un Levante à la carte. Un audacieux coloris jaune / bleu démontre aussi que, non, tous les SUV n’ont pas vocation à être gris !

Le verdict de Stuff 
La version Hybrid ne parvient pas à échapper totalement au malus écolo, mais elle fait néanmoins sens pour qui est concerné par les émissions de CO2. Les vrais passionnés, ou ceux qui font rimer chaque kilomètre avec du souvenir pour la vie pourront toutefois choisir la version Trofeo, animée par un V8 explosif. Avant le passage au tout électrique, Maserati laisse encore le choix !

Les chiffres clé 
Moteur  : 4 cylindres en ligne, turbo + eBooster 48V
Cylindrée  : 1998 cm3
Puissance  : 330 ch à 5750 tr/mn
Couple  : 450 Nm à 4000 tr/mn
Boîte de vitesse  : automatique, 8 rapports
Poids  : 2090 kilos
Vitesse maxi  : 240 km/h
0 à 100 km/h  : 6 secondes
Conso officielle / de l’essai  : nc l/100 / 17l/100
Prix  : gamme à partir de 82850 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here