Essai – Maserati Grecale Trofeo, outil de conquête

0
148

Comment faire du volume sans un SUV désirable et accessible  ? Maserati répond à cette question avec le tout nouveau Grecale, un SUV qui se positionne en dessous de l’impressionnant Levante. Par Philippe Guillaume

Nous avons eu le privilège de prendre le volant de ce concurrent des versions affutées du Porsche Macan, dans sa déclinaison la plus performante, le Trofeo, doté d’un époustouflant V6 biturbo.

C’est quoi ?
Avec ses 4,86 m de long, le Grecale est déjà moins volumineux que celui qui fut le premier SUV de la gamme Maserati, le Levante, qui dépasse les 5 mètres. Le nouveau Maserati vient ainsi chercher des noises au Porsche Macan (4,72 m de long – mais un Cayenne, avec 4,90 m, n’est pas loin…), en offrant un raffinement et des performances qui lui permettent sans aucun complexe d’aller marcher sur les platebandes des icônes allemandes. Avec cet engin, qui correspond pleinement aux attentes du marché (ce, d’autant qu’il sera aussi décliné ultérieurement en version 100 % électrique), Maserati entend bien retrouver son lustre d’antan, côté volumes de ventes. Ce qui est déjà sûr, c’est que le Grecale présente admirablement bien, avec des proportions justes, une classe contenue, le zeste d’agressivité qui va bien (au niveau des prises d’air de la calandre, ou encore des optiques, sans oublier, les quatre sorties d’échappement anodisées noir, les éléments de carbone ici et là sur la carrosserie), et, bien entendu, quelques rappels historiques aux grands éléments de design de la marque (les trois aérations latérales, sur l’aile avant, l’emblème du Trident, et la calandre qui rappelle un peu celle de la Supercar MC20…).

Justement, qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?
Ben tout, en fait  ! Certes, il y a dans ses soubassements quelques éléments repris en commun de ceux de l’Alfa Romeo Stelvio, qui fait partie de la famille. Mais pour le reste, en termes d’agencement et d’équipements, le Grecale est entièrement nouveau. Ce gros SUV est ainsi parfaitement logeable pour 5 personnes, offre un grand coffre (570 l) et tous les éléments de confort et de sécurité dont on pourrait rêver. Petite entorse à l’histoire, au profit de la modernité  : la fameuse montre située au centre de la planche de bord, propre à tous les modèles de la marque, est désormais numérique, offre plusieurs types d’affichage ainsi que d’autres fonctions (boussole, compteur de G…).

Et sous le capot ?
Le Grecale va percer avec deux motorisations  : une hybride, composée d’un 4 cylindres 2.0, qui développe 300 ch en version GT (330 ch dans la version Modena), et qui offre déjà des performances respectables avec 240 km/h en vitesse de pointe, et le 0 à 100 couvert en 5,6 secondes sur la GT (5,3 sur la Modena). Cependant, pour des performances et un environnement de conduite à la hauteur de la légende du Trident, comment ne pas conseiller la Trofeo, notre version d’essai  : elle reprend le V6 biturbo de la supercar MC20, dont la puissance a été toutefois réduite de 630 à 530 ch (rassurez-vous, cela reste suffisant pour dépasser en toute sécurité)  ; de fait, les performances pètent le feu, avec 285 km/h en pointe et le 0 à 100 km/h couvert en 3,8 secondes. Mama Mia !

Et au volant, ça donne quoi ?
Première bonne impression  : la qualité des matériaux et de la finition. Certes, à ce niveau de gamme, c’est un minimum, mais entre la qualité des cuirs, des agencements, des sièges, des détails (les commandes en aluminium guilloché), qui font mouche. Bref, voici un intérieur dans lequel on se sent particulièrement bien, et ce d’autant que le Grecale se dote d’éléments techno auxquels n’avaient jamais eu droit une Maserati auparavant, comme l’affichage tête haute, le double écran tactile, l’assistante vocale Alexa d’Amazon… Et on parle des éléments en carbone, des jolies surpiqûres, de l’excellente sono Sonus Faber et ses 21 HP, de l’assistance à l’ouverture de portes ?


Seconde excellente impression  : sur route, le Grecale Trofeo se veut d’abord docile. Le V6 est raisonnablement silencieux, la boîte de vitesse est douce, la gestion des commandes (accélérateur, frein) est parfaitement ouatée, les suspensions parfaitement conciliantes, le silence à bord très agréable et le Grecale Trofeo s’envisage alors comme une parfaite monture du quotidien, tout comme une voyageuse hors pair, les 620 Nm de couple se chargeant déjà de reprises musclées, sans forcer !


C’est là qu’arrive le second effet Kiss Cool  ! Tournez quelques molettes, placez le mode de conduite sur «  Corsa  »  : la suspension pilotée se raffermit, l’échappement se dégage les bronches, la sensibilité à l’accélérateur n’est plus la même. De fait, les 530 chevaux sont bien là  : entre 5 et 7000 tr/min, le V6 biturbo ne fait pas semblant de pousser. Sa fougue raccourcit les distances et les lignes droites, mais malgré ses deux tonnes, le châssis épate par la maîtrise de ses mouvements d’assiette, sa motricité sans faille, et la précision de conduite qui en découle. Le Grecale Trofeo possède ainsi deux fortes personnalités différentes, sachant passer de l’efficacité aux sensations à la demande. Dans tous les cas, c’est un vrai plaisir !

Son point fort ?
C’est cette polyvalence absolue et rarement vue sur de tels engins. Doux et confortable, sachant presque se faire oublier, il sait aussi se transformer en démon à la demande. Une démonstration de force qui incite au respect.

Le verdict de Stuff 
Sans aucun doute, le Grecale fait entrer Maserati dans la modernité, avec cette offre qui colle aux demandes du marché, prisant les SUV jusque dans les blasons les plus prestigieux. Si la version hybride est raisonnable, la Trofeo ajoute une belle dose d’épices auxquelles il est difficile de résister.

Les chiffres clé
Moteur  : 6 cylindres en V, biturbo
Cylindrée  : 3000 cm3
Puissance  : 530 ch à 6500 tr/mn
Couple  : 620 Nm à 3000 tr/mn
Boîte de vitesse  : automatique, 8 rapports
Poids  : 2027 kilos
Vitesse maxi  : 280 km/h
0 à 100 km/h  : 3,8secondes
Conso officielle / de l’essai  : 11,2 l/100 / 15,5 l/100
Prix : gamme Grecale à partir de 75.450 € / version Trofeo à partir de 115.400 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here