Essai – Lexus LS 500h AWD : l’éco-limousine

0
161

La marque de luxe du groupe Toyota s’est fait une spécialité de la technologie hybride. Cela fait de cette limousine une auto de luxe, capable de se mouvoir en silence… ou de rugir au son de son V6. Un grand écart conceptuel unique sur le marché et fort attachant. Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Si vous ne le savez pas, Lexus, c’est l’acronyme de Luxury car for the US  : en gros, une stratégie de Toyota pour monter en gamme et conquérir le marché américain, friand d’autos haut de gamme, initiée en 1989, et arrivée un peu plus tard sur le marché européen. Entre temps, Toyota avait provoqué sa propre révolution conceptuelle avec la Prius, la première automobile hybride commercialisée à grande échelle, et tout le groupe est un fervent acteur de cette technologie. Ainsi, même dans le format d’une limousine (notre LS 500h AWD d’essai mesure tout de même 5,23 m de long), on peut se targuer d’une certaine conception écologique de la mobilité.

Et comment ça fonctionne ?
C’est très simple  : comme dans une Prius, en fait, un moteur électrique assiste un moteur thermique. Sauf que la, gabarit et prestige oblige, on est quand même dans une autre dimension. Le moteur thermique, c’est un fort beau 6 cylindres en V de 3456 cm3, qui développe à lui seul 290 chevaux. Et le moteur électrique développe lui 179 chevaux. Mais comme les puissances ne peuvent pas tout à fait s’additionner, la LS 500h AWD (pour all wheel drive, soit 4 roues motrices) développe en fait 359 chevaux et plus de 500 Nm de couple. De fait, les performances sont de haut niveau  : malgré son poids de 2455 kilos (eh oui, les batteries qui alimentent le moteur électrique, c’est lourd), elle pointe à 250 km/h et abat le 0 à 100 km/h en 5,4 secondes seulement, un chrono de vraie sportive.

Et à l’usage, c’est compliqué ?
Au contraire, c’est d’une simplicité absolue. En fait, il faut laisser le système gérer l’optimisation énergétique à votre place, même si une touche «  EV  » sur la console centrale peut la forcer à ne rouler que sur les batteries, mais ça ne durera pas plus de 2 kilomètres, et encore. En réalité, la Lexus est capable de se mettre en roue libre (moteur thermique coupé, donc), même à 140 km/h sur un faux-plat en descente, par exemple, relance sur les batteries quand on ne sollicite pas trop la puissance, ou fait fonctionner le moteur au besoin. Dans les faits, le passage d’une source d’énergie à l’autre est totalement transparent… sauf que le V6 dispose d’une belle sonorité sportive, presque incongrue dans une limousine aussi luxueuse, mais que c’est agréable quand on sollicite sa puissance. Un système de transmission compliqué simule la présence de 10 vitesses, mais là encore, le passage de l’une à l’autre est bien souvent imperceptible et je vous met au défi de dire sur quel rapport vous roulez (à moins de sélectionner les palettes au volant, auquel cas ça s’affiche au tableau de bord digital et paramétrable sur plusieurs modes).

Et au volant, ça donne quoi ?
Une grande sérénité et une grande douceur, d’abord. La LS 500h dispose d’un intérieur vraiment très luxueux, avec des fauteuils individuels à l’arrière et, selon les versions, une fonction de chauffage, de ventilation et même de massage. D’ailleurs, la meilleure place est peut-être à l’arrière, non  ? Encore que sa tenue de route est exemplaire et qu’en prendre le volant génère là aussi sa dose de plaisir. Enfin, on ne peut que louer la qualité de la finition, entre les contreportes avec un revêtement façon Origami, la présence de bois véritable sur la planche de bord, les ajustements millimétrés. C’est de la belle ouvrage. Par contre, le feeling du pavé tactile qui commande le grand écran d’info-divertissement est perfectible… Les allemandes proposent généralement une molette rotative plus ergonomique.

Son point fort ?
Un 6 cylindres essence, une auto de 2,4 tonnes, mais la technologie hybride permet de contenir la consommation un peu en dessous de 10 l/100 en roulant cool sur route, c’est assez remarquable. Et sinon, entre confort royal et équipement pléthorique, comment ne pas se sentir choyé  ?

Le verdict de Stuff 
Le design de cette 5e génération de LS est un peu plus agressif, entre les phares à LEDs et la calandre proéminente. Et pourtant, à son volant, c’est une belle suavité qui transparait  : douceur de conduite, silence en ville, belle sobriété et des relances musclées au besoin. Un coup de maître, assurément…

Les chiffres clé 
Moteur 6 cylindres en V, 3456 cm3, + moteur électrique
Puissance  : 359 ch à 6600 tr/mn
Couple  : 500 Nm à 5100 tr/mn
Boîte de vitesse  train épicycloïdal, 10 rapports
Poids  : 2455 kilos
Vitesse maxi  : 250 km/h
0 à 100 km/h  : 5,4 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 6,2 l/100 / 10,4 l/100
Prix  : gamme LS 00h AWD à partir de 101.100 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here