Essai – Hyundai Nexo, le SUV qui recrache de l’eau

0
103

Peu de voitures à hydrogène proposent leurs services sur le marché français, alors que cette techno est parfois vue comme une solution d’avenir. Le Hyundai Nexo est l’une d’entre elles… Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Chez Hyundai, on prend la mobilité green très sérieusement. La firme coréenne dispose d’une gamme complète de véhicules électrique, dont la surprenante Ioniq 5, élue auto mondiale de l’année en 2022, la toute prochaine Ioniq 6, des petits SUV, des hybrides rechargeables, des hybrides simples, etc. La plus singulière n’est autre que le SUV Nexo, carburant à l’hydrogène, puisque seulement deux autos offrant cette technologie sont disponibles sur le marché (avec la Toyota Mirai, donc). Ainsi, le Nexo est un SUV haut de gamme, à la signature visuelle travaillée, parfaitement bien équipé, logeable avec ses 4,67 mètres de long et généreusement doté en aspects pratiques (banquette arrière repliable en deux parties, coffre d’une capacité pouvant aller jusque 1466 litres, hayon à ouverture mains libres, caméra montrant l’angle mort dans les compteur au moment où l’on actionne les clignotants). Le Nexo succède ainsi à un autre SUV Hyundai à hydrogène, le iX35.

Mais comment ça marche ?
C’est bien simple  : pour la faire court, c’est une auto électrique qui n’a pas besoin de rester branchée pendant des heures sur une borne, mais qui se recharge en trois minutes. Pour cela, le Nexo embarque trois réservoirs très costauds (ils doivent contenir 700 bars de pression  !), en carbone, qui permettent d’embarquer 6,33 kilos d’hydrogène. Ensuite, ressortez votre manuel de petit chimiste  : l’hydrogène est mis en contact avec de l’oxygène, aspiré de l’air ambiant par l’auto. Se produit alors une électrolyse, qui produit de l’électricité, qui alimente les batteries, qui fournissent leur énergie au moteur électrique.

Double avantage  : cette voiture ne rejette que de l’eau, et contrairement à d’autres SUV électriques de ce gabarit, la batterie est d’une toute petite capacité (1,56 kWh) puisqu’elle est alimentée régulièrement par le système. Le Nexo n’embarque donc pas des centaines de kilos de batteries, comme certain. Inconvénient  : le réseau de stations fournissant de l’hydrogène est encore parcellaire, bien qu’en construction, et il faut prévoir parfois ses itinéraires… même si l’autonomie est elle aussi en progression.

Et au volant, ça donne quoi ?
Le Nexo est une auto haut de gamme, richement équipée (excellente sono, toit ouvrant, sièges chauffants et ventilés, volant chauffant…). L’espace à bord est agréable, la position de conduite est parfaite, et le silence à bord (les poignées rétractables, les soubassements carénés, les jantes spéciales contribuent à réduire les bruits) ainsi que la douceur de conduite, qui font partie des qualités intrinsèques de moult automobiles électriques, sont bien au rendez-vous à bord. On est toutefois un peu surpris par la large console centrale, remplie de boutons, qui rappelle un peu (à ceux qui s’en souviennent l’équaliseur des Renault 25  !). Bref, on sourit un instant, avant de réaliser qu’en fait, c’est plus ergonomique et sécurisant que le «  tout tactile  » que l’on nous impose parfois sur certaines autos modernes, et qui imposent de trop quitter la route des yeux pour des choses aussi simples que le réglage de la clim’ ou du volume de la radio.

Là, finalement, tout tombe sous la main. Sur la route, une telle auto est évidemment réglée de manière très neutre (pour les sensations fortes dans les virages, Hyundai propose la i20 N), et le Nexo donnera le meilleur de lui-même en étant mené en douceur  ; en même temps, le compromis entre confort et tenue de route est très satisfaisant. Dernier point  : l’autonomie. Annoncée à plus de 600 kilomètres, elle est en réalité supérieure à 500 kilomètres dans la vraie vie et dans le cadre d’un usage mixte, avec chauffage, radio, tout cela. Toutefois, le Nexo est titulaire d’un record établi à 887,5 kilomètres, au prix d’une vraie science de l’éco-conduite.

Son point fort ?
Le choix est limité pour qui veut une auto fonctionnant à hydrogène. Le Nexo a pour lui un profil de SUV, toujours très tendance en ce moment, et une efficacité énergétique ainsi une autonomie un peu supérieures à celle de sa rivale.

Le verdict de Stuff 
Si le réseau de recharge des stations à hydrogène commence à s’étoffer doucement, il est clair que cette auto très techno et fort séduisante à l’usage est clairement en avance sur son temps.

Les chiffres clé 
Moteur électrique asynchrone à aimant permanent
Puissance  : 163 ch
Couple  : 395 Nm
Boîte de vitesse  : continue
Poids  : 1814 kilos
Vitesse maxi  : 180 km/h
0 à 100 km/h  : 10 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 0,8 kg/100 / 1,2 kg/100
Prix  : gamme Nexo à partir de 80 400 €

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here