Essai – DS3 Crossback Puretech 155, la french touch

0
70

Le SUV est à la mode. DS, qui incarne la mode, se devait donc d’en proposer un nouveau, à une échelle plus modeste que son très réussi DS7. Voici donc le DS3 Crossback. Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
C’est la nouvelle sortie de DS, la marque chic de Citroën, pour entrer dans le cœur du marché. On le sait tous, la clé, c’est le SUV. C’est pour cela que la petite citadine du renouveau, la DS3, effectue sa mue. Bienvenue à la DS3 Crossback  !

Et le concept, c’est quoi ?
Il est double  ! Le groupe PSA est un géant industriel, il doit donc mutualiser. La DS3 Crossback est ainsi le clone de la prochaine génération de 2008 de chez Peugeot, sur le plan technique. La différence se fait sur l’apparence, sur l’habillage, sur l’émotion. Et c’est ça qui compte  ! Du coup, sur cette DS3, on retrouve les codes stylistiques avec cette «  aile de requin  » en montant central, qui peut éventuellement ne pas plaire tellement c’est caricatural. Mais l’auto est à la fois expressive et un peu classe, avec ses nombreuses touches de chrome.

Et à l’intérieur ?
Là aussi c’est très travaillé, avec sur les versions haut de gamme un vrai sentiment de bien-être. Entre la qualité des sièges, la finition des cuirs, le tableau de bord entièrement digital et les motifs «  diamant  » un peu partout, on est définitivement pas dans le tout venant automobile à bord de cette DS3 Crossback, qui cultive ainsi son identité jusque dans les moindres détails. En tous cas, l’équipement est fort complet, même si quelques petits détails d’ergonomie demandent un peu d’acclimatation (les boutons sur la partie basse et centrale de la planche de bord, peu lisibles), mais l’affichage tête haute n’est pas si répandu dans la catégorie. Par contre, l’habitabilité arrière est un brin exigüe.

Et au volant, ça donne quoi ?
En fait, c’est très sympa  ! Le Puretech 155 est le plus puissant des moteurs essence, et il offre tout à la fois une belle souplesse de fonctionnement au quotidien et de jolies performances quand on a envie d’avancer un peu, tout en restant assez sobre. DS reprend des motorisations déjà vues dans le groupe PSA, avec notamment le dernier Diesel 1.5 BlueHDI dans des versions 100 et 130 chevaux ainsi que le généreux 3 cylindres essence 1.2 Puretech, dans des variantes de 100, 130 et 155 chevaux. A noter que la boîte manuelle à 6 vitesses va avec les moteurs de 100 ch, les autres ont une automatique à 8 vitesses. Mon modèle d’essai, donc, le Puretech 155 EAT8, est parfait d’agrément sur cette petite auto (4,12 m de long, c’est la reine de la ville  !), avec de jolies performances  : 208 km/h en pointe et surtout le 0 à 100 en 8,2 secondes, avec de belles reprises à la clé. Par contre, au-delà de l’aspect un rien agressif de l’auto, on note surtout l’excellent niveau de confort, avec des sièges accueillants et une suspension plutôt calibrée pour la souplesse.

Et à part ça ?
Au-delà de sa gamme thermique, le groupe PSA avance aussi sur l’électrification. La marque DS est d’ailleurs – même si l’info n’est pas trop passée auprès du grand public – championne de Formula E, la Formule 1 électrique. De fait, une DS3 Crossback E-Tense, entièrement électrique, sera bientôt proposée dans les concessions…

Le verdict de Stuff 
Design tranché, finition haut de gamme et plaisir de conduite réel  : la DS3 Crossback est une vraie concurrente aux petits SUV premiums tels que l’Audi Q2 ou la Mini Countryman…

Les chiffres clé
Moteur 3 cylindres en ligne, 1199 cm3, turbo
Puissance  : 155 ch à 5500 tr/mn
Couple  : 240 Nm à 1750 tr/mn
Boîte de vitesses  : automatique, 8 rapports
Poids  : 1205 kilos
Vitesse maxi  : 208 km/h
0 à 100 km/h  : 8,2 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 5,4 l/100 / 7 l/100
Prix  : modèle à partir de 35200 €

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here