Essai – DS3 Crossback E-Tense, électro-chic !

0
69
Post-production : Astuce Productions

Outre la Zoé, les français sont arrivés à pas feutrés sur le domaine de l’auto électrique. Ca y est, l’offre est fournie, et la DS3 Crossback est pour l’heure la proposition la plus raffinée ! Et pas la moins pertinente… Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Vous connaissez DS ? Non pas la vénérable et hautement raffinée berline qui a sauvé la vie du Général de Gaulle, mais la marque premium de chez Citroën ! Après avoir fait du volume avec la mignonne DS3, celle-ci a évolué pour coller aux codes et demandes du marché : fini la petite citadine 3 portes concurrente des Mini et Fiat 500, la DS3 a muté en Crossback et est devenu un SUV à l’identité visuelle très marquée, entre la calandre agressive et l’aileron de requin devant la porte arrière… On peut ne pas aimer, mais il faut reconnaître que le style est assumé et que cela ne passe pas inaperçu. Outre une large palette de moteurs essence et Diesel, DS propose cette auto en version E-Tense, entièrement électrique. On la reconnaît bien évidemment par l’absence de canules d’échappement à l’arrière, un logo E-Tense sur la malle, ainsi que par un logo « E » sur le capot… De même, nous avions une version de lancement « La Première », avec jantes spécifiques et intérieur en cuir blanc. Très classe !

 

Techniquement, comment ça se passe ?
DS, c’est aussi le groupe PSA (Citroën, Peugeot, Opel) : on ne sera pas étonné que les logiques d’optimisation industrielle règnent en maître, c’est même le contraire qui serait surprenant. Ainsi, cette DS3 partage ses soubassements et sa technologie électrique avec les Peugeot e-208 et e-2008, ainsi qu’avec l’Opel Corsa-e. De fait, on trouve des batteries de 50 kWh qui alimentent un moteur électrique qui, en mode « sport », développe 136 ch (100 kW). Le mode « confort » propose une réponse à l’accélérateur plus douce, et des performances qui reste largement supérieures aux besoins d’une mobilité quotidienne et urbaine. Elle se recharge à 80 % en 30 minutes sur une borne rapide 100 kW ; sinon, dans votre maison de campagne pas équipée, il faudra compter 16 heures sur la prise domestique.

 

Et à l’intérieur ?
C’est une DS ! C’est donc à la fois chic et un peu décalé. Chic dans l’offre des matériaux et finitions. Sur cette version « La Première », j’étais entouré de cuir blanc, avec un volant épais et des sièges plus accueillants que mon propre salon. Le style, c’est indubitablement le truc de DS : entre le design du tableau de bord, tout en triangles digitaux, l’affichage tête haute, et la console centrale avec ses boutons un peu trop nombreux, qui demandent un peu d’habitude. Par rapport aux versions thermiques, on apprécie le bouton « électrique » au milieu de la console centrale, qui permet d’avoir un œil sur sa consommation moyenne…

Et au volant, ça donne quoi ?
Plein de bonnes choses : souvent, les autos électriques, par l’absence de bruit « mécanique », font ressortir plein d’autres nuisances sonores : pneus, suspensions, aérodynamique… La force de cette DS3 Crossback est d’avoir réussi une insonorisation qui vous isole complètement du biotope extérieur, pour une conduite parfaitement zen, c’est ce que l’on demande d’abord à une auto électrique. Saluons aussi le parfait calibrage des commandes d’accélérateur et de freinage, parfois sujettes à la critique par une réactivité exacerbée, mais pas ici : la DS3 Crossback E-Tense se laisse conduire au quotidien en douceur, comme n’importe quelle autre auto. Son niveau de puissance et de couple ne la transforme pas en dragster (c’est pas une Tesla P100 en mode Ludicrous non plus !), mais le tout est largement suffisant pour ne pas subir le trafic et décoller au feu rouge en pole position, dans la plupart des cas. Enfin, pas trop lourde et efficiente, elle ne consomme pas trop : j’ai fait un essai d’une semaine avec une consommation moyenne (en hiver) de 17,5 kWh/100 km (dans les mêmes conditions, c’est deux fois plus avec les Audi E-tron et Mercedes EQC), ce qui, avec des batteries de 50 kWh, permet d’atteindre facilement 270 km d’autonomie sur les 320 annoncés. Pas mal du tout !

Son point fort ?
Outre son look tranché ainsi que la qualité de sa présentation intérieure et de sa finition, cette DS3 Crossback E-Tense séduit par l’excellent calibrage de ses commandes, ce qui rend sa conduite parfaitement neutre et intuitive. Par ailleurs, sa bonne efficience énergétique la place facilement en concurrence avec des autos deux fois plus lourdes, deux fois plus chères, deux fois plus énergivores !

Le verdict de Stuff
Elle est très séduisante, cette DS3 Crossback E-Tense, notamment par son autonomie réelle. Le label E-Tense, on va devoir s’y habituer : une DS7 hybride rechargeable le porte aussi, et on vous en parlera bientôt.

Les chiffres clé
Moteur : moteur électrique à aimants permanents
Puissance : 136 ch
Couple : 260 Nm
Boîte de vitesse : continue
Poids : 1525 kilos
Vitesse maxi : 150 km/h
0 à 100 km/h : 8,7 secondes
Conso officielle / de l’essai : 14,4 kWh /100 / 17,5 kWh/100
Prix : gamme à partir de 39.200 € (modèle d’essai à partir de 46.300 €)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here