Essai – BMW Z4 M40i : retour aux sources

0
49

Deux places, le nez à l’air libre et un gros six cylindres sous le capot  : avec le Z4 M40i, BMW sait encore parler à ceux qui savent ce qu’est le plaisir automobile, une valeur de plus en plus rare. Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Avec leur gamme de SUV, de voitures électriques, de traction avant et de monospaces, on a cru un moment que BMW s’était perdu  ! Que nenni, la marque munichoise n’a pas non plus oublié comment elle a construit sa réputation, en misant longtemps sur le plaisir de conduite et de fort nobles six cylindres en ligne qui ont été considérés par beaucoup comme l’un des meilleurs moteurs de tout l’univers, rien de moins  ! Or, ce nouveau Z4 de troisième génération a pour vocation d’être un concentré de plaisir made in BMW. Et c’est peu de dire qu’il y parvient !

Et sinon, quoi de neuf ?
Par rapport à la précédente génération de Z4, vous aurez constaté qu’il a perdu son toit «  en dur  » rétractable, pour revenir à une bonne vieille capote en toile, comme sur tout cabriolet qui se respecte. On y gagne en facilité (la capote se replie en 10 secondes, et même en roulant, jusque 50 km/h), mais aussi en légèreté, donc en efficience énergétique et en plaisir de conduite. Malgré tout, elle n’a rien d’un poids plume (presque 1,6 tonne), mais le châssis entièrement nouveau est là pour le plaisir de conduite.

Et sous le capot ?
En entrée de gamme, on trouve le Z4 en version 20i (197 ch) et 30i (258 ch), mais dont les quatre cylindres en ligne, s’ils font le boulot, sont un peu avares en émotions. Non, pour les indécrottables petrolheads (dont votre serviteur, qui en a possédé plusieurs), une bonne BM, c’est avant tout un beau six cylindres. La M40i en possède un  : gavé par un turbo, il sort 340 ch et 500 Nm, des chiffres qui font plaisir à voir. Mais surtout, il cumule les vertus  : souple et mélodieux, onctueux et puissant, il se laisse aussi bien apprécier en dessous de 2000 tr/mn en 8ème, le nez au vent, qu’à l’assaut de la zone rouge, à plus de 6500 tr/mn, en vous poussant en avant dans un rugissement profond. A l’heure de la vénération du tout électrique, ça vous dresse les poils sur les bras et ça donne du baume à l’âme  !

Et au volant, ça donne quoi ?
Outre une direction qui manque un poil de retour d’informations, le reste, ce n’est que du bonheur. Cela commence par une position de conduite parfaite, allongée, les fesses au ras du sol, faisant face à la dernière génération de tableau de bord numérique de la marque. Comme toujours chez BMW, l’ergonomie est idéale et l’on sent que l’on fait parfaitement corps avec l’auto. Dès la mise en route du 6 cylindres turbo, la sonorité vous met dans l’ambiance, tout comme le parfait accouplement entre la souplesse de ce moteur et la boîte automatique à 8 rapports avec palettes au volant, d’autant que les différents modes de conduite transfigurent réellement la personnalité de l’auto. Si le confort des sièges est plutôt bon, celui des suspensions reste ferme, sans excès, toutefois. Disons que cela participe à l’ambiance sportive, même si ce cabriolet sait aussi se déguster en mode balade.

Son point fort ?
C’est incontestablement sa polyvalence, entre voiture du week-end pour les balades le long de la plage, ou vrai sportive capable d’aligner des tours du Nürburgring, comme dans Gran Turismo sur PS4. Elle se pose en rivale d’une Porsche 718 Boxster qui, elle, doit se contenter d’un quatre cylindres nettement moins communicatif.

Le verdict de Stuff 
BMW revient à ses fondamentaux et nous sort une auto qui vous colle la banane dès que l’on appuie sur le démarreur. Ce cabriolet séduit  ; et si vous préférez un vrai coupé avec le toit en dur, allez chez Toyota commander une Supra, c’est exactement la même base technique. C’est ce qui s’appelle jouer d’une pierre deux coups.

Les chiffres clé 
Moteur 6 cylindres en ligne, 2998 cm3, turbo
Puissance  : 340 ch à 5000 tr/mn
Couple  : 500 Nm à 1600 tr/mn
Boîte de vitesse  : automatique, 8 rapports
Poids  : 1610 kilos
Vitesse maxi  : 250 km/h
0 à 100 km/h  : 4,5 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 8,4 l/100 / 10,9 l/100
Prix  : à partir de 46300 € (à partir de 67650 € pour notre modèle d’essai)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here