Essai – BMW iX 50, le SUV du futur ?

0
158
BMW iX

BMW avait déjà installé sa stratégie du SUV électrifié avec le iX3, dont on vous a déjà parlé, sorte de X3 à piles. Avec le iX 50, on change de niveau : look, prestations, efficience, bienvenue dans le gros SUV du futur qui dépasse les 500 kilomètres d’autonomie électrique ! Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Pas de doutes, c’est une BMW ! L’allure classe et racée à la fois, la grosse calandre aux « double haricot » réinterprétée de manière moderne, on est bien avec un produit qui vient de Munich ! L’on pourrait se dire, ne serait-ce que par ses dimensions (4,95 m de long, 1,96 m de large) que l’on a affaire au X5 du futur et, en réalité, c’est un peu cela. Après avoir défriché le terrain de l’auto électrique avec la citadine i3 et la supersportive i8, BMW a posé un jalon supplémentaire, récemment, avec le iX3 dont on vous a déjà parlé. Cette fois-ci, avec le iX, on passe à l’étape supérieure, d’un point de vue stylistique et technique. Et aussi en termes d’agrément et de design, comme on va le voir ci-dessous…

Justement, qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?
Absolument tout ! Outre des moteurs électriques de dernière génération, le iX fait appel à des matériaux de pointe comme le carbone et l’aluminium. Tenez, sa calandre est faite d’un polyuréthane régénératif, ce qui fait que les impacts de gravillons disparaissent comme par magie !

 

Et sous le capot ?
Sous la capot, c’est du lourd ! Le iX vient avec deux moteurs électriques : l’entrée de gamme iX 40 offre déjà 326 et 630 Nm de couple, alimenté par des batteries de 71 kWh. Notre version d’essai, le iX 50, va (beaucoup !) plus loin : 523 ch ( !), 765 Nm ( !) et des batteries d’une capacité record de 105 kWh : c’est la première fois de ma vie qu’en m’installant au volant d’une auto électrique, l’indicateur d’autonomie m’indiquait plus de 500 km (530 exactement) avant la prochaine recharge, une valeur qui s’est confirmée comme réaliste au fil des kilomètres. Magique, non ? Enfin, pour ceux qui en veulent encore plus, le iX M60 propose la même batterie que le 50, mais un moteur de 619 ch, de quoi abattre le 0 à 100 km/h en 3,8 secondes (au lieu de 4,6 s. sur le nôtre, ce qui catapulte déjà fort bien, merci !). Bref, avec cette technologie, on voit que BMW parvient, comme toujours (la marque n’est pas l’un des meilleurs – si ce n’est le meilleur – motoriste du monde) à concilier performances et efficience…

 

Et au volant, ça donne quoi ?
Cuir, bois, cristal : l’ambiance intérieure est fascinante de raffinement et de technologie à la fois, avec les deux écrans TFT, un peu incurvés vers le conducteur, qui semblent flotter sur la console, et qui permettent de suivre le fonctionnement de l’engin. En prenant place à bord, parfaitement lové dans un siège généreux, admirant le tableau de bord entièrement recouvert de cuir (synthétique, c’est une auto du futur, elle ne tue pas de vaches !), je suis fasciné par l’ambiance épurée et très zen qui se dégage de cet habitacle. Par rapport à un X5, de dimensions comparables, l’espace intérieur parait nettement plus généreux, merci à la techno électrique qui permet aux concepteurs d’optimiser l’agencement des autos. En tous cas, à l’avant comme à l’arrière, côté espace, c’est palace ! Tout le monde sera bien grâce à la climatisation automatique à 4 zones. Tiens, et l’on parle du toit vitré, dépourvu de vélum ? Pourtant, une pression sur un bouton suffit à le rendre opaque. Magique, là encore…

 

Une fois en route, et malgré la masse conséquente de l’engin, l’on découvre que la suspension pneumatique (de série) est incroyable d’efficacité, gommant trous et bosses, et vous isolant des vicissitudes de la route pour vous laisser dans un cocon impérial de confort. Du grand art, tout comme la sono (optionnelle) Bowers & Wilkins et ses 1615 Watts, que l’on vous recommande, car elle procure une expérience auditive de très haut niveau (on a même un retour de son au niveau des appuie-tête !), parfaitement en phase avec le niveau de prestations que vous délivre cet iX 50. Ensuite, sur la route, on a tendance à y aller cool, pour rester en ligne avec la sérénité ressentie à bord, mais à la moindre pression sur l’accélérateur, pas de doute : les 523 ch et 765 Nm de couple sont là et les performances sont juste sidérantes. Action, réaction !
Enfin, la batterie dispose d’une capacité de recharge rapide, pouvant encaisser, quand les bornes s’y prêtent, jusque 195 kW : du coup, on remet 150 km d’autonomie en 10 minutes… Et niveau régénération, puisque l’on parle de voiture du futur, la caméra et tous les systèmes de sécurité sont là pour vous assister et optimiser l’efficience : levez le pied de l’accélérateur sur une route déserte, et la iX 50 se mettra en roue libre. Faites-le dans un embouteillage et le freinage régénératif s’actionne de lui-même, vous n’avez quasiment pas à freiner. Magique, non ?

 

Son point fort ?
C’est de nous faire entrer dans le futur sans craintes. Performances, efficience, tout est là. Mais comme BMW est BMW, le plaisir de conduite est soigné, l’ambiance intérieure est très attachante et, au final, cet iX 50 est vraiment surprenant !

 

Le verdict de Stuff
Comment ne pas tomber sous le charme de cette démonstration technologique absolument éblouissante ? Le iX 50 vous fait (presque) oublier les grondements du V8 d’un X5 4.8 iS tellement il conjugue performances, sérénité et bien-être…

Les chiffres clé
Moteur : 2 moteurs électrique synchrone
Cylindrée : –
Puissance : 523 ch
Couple : 765 Nm
Boîte de vitesse : rapport unique, 4 roues motrices
Poids : 2585 kilos
Vitesse maxi : 200 km/h
0 à 100 km/h : 4,6 secondes
Conso officielle / de l’essai : 19,8 KWh l/100 / 23 kWh/100
Prix : gamme iX à partir de 86.250 €, version 50 à partir de 106.950 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here