Essai – BMW 220d Grand Coupé : le fond et la forme

0
25
BMW 220d Model M Sport

D’abord apanage de limousines (Mercedes CLS, Audi A7, BMW Série 6), le style de carrosserie «  grand coupé  » se décline vers le bas. La nouvelle BMW Série 2 Grand Coupé entend ainsi ne pas laisser tout le marché aux mains de la Mercedes CLA. Essai de la 220d, une version déjà performante et attachante. Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
Au sein de la gamme BMW, la «  Série 2  » est probablement celle qui doit réaliser l’écart le plus grand. Entre des monospaces tels que le Active Tourer, qui peut éventuellement être motorisé par un petit bloc 1.5 trois cylindres, et la sulfureuse M2 CS, qui affiche des performances de folie avec son six cylindres de 450 chevaux, on trouve un sympathique cabriolet et surtout, cette nouvelle déclinaison «  Grand Coupé  ». Longue de 4,53 m, elle est suffisamment compacte pour rester gérable au quotidien. Dans les faits, il s’agit surtout d’une Série 1 à quatre portes, au style élancé et dynamique, plus longue de 21 cm, avec un pavillon rabaissé à l’arrière. De profil, hélas, ça ressemble un peu (beaucoup) à une Hyundai i30 Fastback, mais de face et vu de l’arrière, l’identité BMW est immanquable.

 

Et sous le capot ?
On retrouve une large palette de moteurs. Deux essence  : le 218i, un trois cylindres de 140 ch, et au bout du spectre, le 235i, avec le moteur 2.0 turbo de 306 ch, que nous avons eu l’occasion d’apprécier dans les Mini JCW et BMW 135i, dont les essais ont été publiés récemment sur ce noble site. En Diesel, quatre versions s’offrent à vous  : 216d (116 ch), 218d (150 ch) et notre 220d d’essai, disponible en version xDrive à quatre roues motrices ou en simple traction avant. C’est cette dernière que nous avions à l’essai, avec sa boîte automatique Aisin à 8 rapports. Fort de 190 ch et 400 Nm, ce bloc dopé par deux turbos est du genre costaud lors des relances  !

 

Et au volant, ça donne quoi ?
Plein de bonnes choses. Déjà, l’ergonomie BMW reste un modèle du genre  : position de conduite idéale, instrumentation (numérique) claire et lisible, on n’a plus qu’à se laisser porter. Le 2.0 Diesel est un bon compagnon. Un poil sonore vu de l’extérieur, il se fait quasiment oublier à l’intérieur dès que l’on roule. La boîte auto permet d’exploiter le couple généreux sans forcer et cette machine est, de toute évidence, conçue pour abattre des kilomètres. Sur autoroute, on ronronne à un peu moins de 2000 tr/mn en 8ème à 130 km/h, profitant de la fonction «  roue libre  » en mode Confort (comme d’habitude, les modes de conduite changent réellement le profil de l’auto, et le mode «  sport  » la rend nettement plus incisive, les palettes au volant permettant en outre de reprendre la main au besoin), au bénéfice de la sobriété. Nous avons enregistré, au termes d’un long essai mené avec pas mal d’énergie, une conso inférieure à 6 l/100, qui peut même baisser à la lisière des 5 l en mode balade sur le réseau secondaire. C’est remarquable.

 

Cette allemande est, aussi, conçue pour les voyages express  : à 200 km/h outre Rhin, elle tourne à 2800 tr/mn en huitième, et avale les kilomètres en toute sécurité et sans broncher. Enfin, au quotidien, on apprécie le grand coffre (430 l, 50 de plus que la Sérei 1) même si son ouverture et sa profondeur le rendent peu pratique. Dernier point  : si, en mode traction avant, la motricité est parfois prise en défaut sur sol mouillé, le compromis confort / tenue de route est lui aussi remarquable. Cette 220d, en finition M Sport de notre version d’essai, prend peu de roulis en courbe sans se montrer vraiment cassante sur les irrégularités. Evidemment, l’info-divertissement est de premier plan avec une commande gestuelle pour la radio et la téléphonie, amusante.

 

Son point fort ?
Dans cette version 220d, c’est avant tout la polyvalence et le rapport style / plaisir de conduite / performances / sobriété qui nous paraît assez difficile à battre.

Le verdict de Stuff 
Ceux qui souhaitent un engin plus dynamique qu’un SUV, avec un vrai plaisir de conduite et une belle sobriété à la pompe seraient bien avisés de jeter un œil sur cette Série 2 Grand Coupé.

 

Les chiffres clé 
Moteur 4 cylindres en ligne, 1995 cm3, biturbo Diesel
Puissance  : 190 ch à 4000 tr/mn
Couple  : 400 Nm à 1750 tr/mn
Boîte de vitesse  : automatique Aisin, 8 rapports
Poids  : 1505 kilos
Vitesse maxi  : 235 km/h
0 à 100 km/h  : 7,5 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 5 l/100 / 5,9 l/100
Prix  : gamme Série 2 Gran Coupé à partir de 31150 €. Modèle d’essai à partir de 46599 €.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here