Essai – Audi Q5 55 TFSIe : le meilleur des deux mondes ?

0
310
Static photo Colour: Turbo blue

L’hybride rechargeable a bien des arguments à faire valoir au quotidien, comme dans le cas de cette nouvelle Audi Q5 55 TFSIe. Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
L’hybride rechargeable, c’est quand même une ode à la liberté et la capacité technologique d’avoir deux autos en une  : une tout électrique pour la semaine, et une autre, au rayon d’action illimité, pour le week-end et les vacances. On avait récemment essayé l’Audi e-tron 55 quattro  ; voici le tour d’un engin plus polyvalent, la Q5 55 TFSIe, hybride recheargeable.
Immense succès pour Audi, on connaît le Q5 depuis 2008, et la seconde génération est apparue en 2018, avec des lignes assez proches de la première, mais une signature visuelle bien évidemment revue. Cette version 55 TFSIe se distingue du reste de la gamme par, bien évidemment, sa prise de recharge électrique dans l’aile arrière gauche, ainsi que par des éléments de design, tel le bouclier arrière spécifique avec quatre sorties d’échappement, ainsi que, finition S-line oblige, entourage de calandre et de vitre arrière traités en noir. Bref  : si les formes de l’engin ne sont pas réellement nouvelles, elles conservent une certaine allure dans cette configuration.

 

 

Et sous le capot ?
Facile : c’est le bon « vieux » 2.0 TFSI que l’on retrouve sous pas mal de capots au sein du groupe VAG, notamment la Golf GTI  ! Ici, il développe 252 ch, et il est associé à un moteur électrique de 143 ch, pour une puissance cumulée de 367 ch, ce qui commence à constituer un chiffre respectable. Du coup, les performances ne sont pas anecdotiques, avec un 0 à 100 couvert en 5,3 secondes, pas mal du tout pour une auto «  green  ». Côté électrique, Audi annonce une autonomie de 40 kilomètres sur les batteries. Bien évidemment, on peut sélectionner plusieurs modes de conduite (forcer l’auto à être en tout électrique ou au contraire, sauvegarder les batteries pour une prochaine traversée urbaine), ou laisser l’électronique gérer d’elle-même en fonction des paramètres.

 

Et à l’intérieur ?
En bonne Audi, c’est bien évidemment magistralement réalisé. Le Q5 n’adopte pas la stratégie des «  trois écrans  » que l’on trouve sur les modèles plus haut de gamme (à partir de l’A6), mais si l’ergonomie est un peu chargée, on trouve facilement ses marques. Autre différence par rapport aux autres modèles Q5  : le compte-tours laisse place à une sorte de réserve de puissance et d’énergie, qui montre l’efficience de la conduite, tandis qu’on peut avoir sous les yeux l’autonomie restante sur chaque mode de propulsion. En contrepartie, il a fallu loger les 14,1 kWh de batteries dans la partie inférieure du coffre, qui perd 95 litres de contenance.

Au volant, ça donne quoi ?
Entre l’espace généreux à bord et la position de conduite impeccable, sans même parler de la pléthore d’équipements, on peut dire qu’on est bien  ! Mais, évidemment, c’est le chiffre d’autonomie électrique qui concentre toutes les interrogations  : si Audi annonce 40 km, en réalité, j’en ai fait 29. Pas si mal que ça, d’autant qu’en hiver, avec des phares, essuie-glace, chauffage et radio, ça tire forcément un peu plus sur la batterie. Mais la vraie bonne nouvelle, c’est que dans cette Q5 55 TFSIe, «  quand y’en a plus, y’en a encore  »  : le système de recharge au freinage est efficace, puisque sur un long parcours routiers, on se rend compte qu’on peut faire 40 % du trajet en roue libre ou sur les batteries, ce qui fait que la consommation «  réelle  » est vraiment correcte. Le reste de l’auto est typé «  confort  »  : malgré les 367 ch, elle préfère se laisser mener en douceur  ; elle pèse 300 kilos de plus qu’une simple Q5 essence, et ça se sent un peu.

Et à part ça ?
C’est évidemment votre capacité à recharger souvent (en 2 h sur une Wallbox) qui fera de cette auto un engin vertueux ou un alibi écologique. En parlant d’alibi, avec 58 grammes de C02, pas de malus, une TVS réduite, elle va déjà séduire de toute évidence une clientèle professionnelle.

Le verdict de Stuff 
Dans l’état actuel des choses, la technologie hybride rechargeable représente le meilleur des deux mondes… à condition de pouvoir recharger régulièrement. Cette Audi Q5 se montre sobre grâce à ses capacités de régénération d’énergie.

 

Les chiffres clé 
Moteur 4 cylindres en ligne, 1984 cm3, turbo + moteur électrique
Puissance  : 367 ch à 5000 tr/mn
Couple  : 500 Nm à 1600 tr/mn
Boîte de vitesses  : automatique à double embrayage, 7 rapports
Poids  : 2105 kilos
Vitesse maxi  : 239 km/h
0 à 100 km/h  : 5,3 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 2 l/100 / 9 l/100
Prix  : gamme à partir de 67.080 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here