Essai – Audi e-tron GT quattro : Style, performances et efficience

0
41
Static photo, Colour: Kemora grey metallic

Elle ressemble à un prototype de salon avec ses lignes futuristes et effilées à la fois  : l’Aui e-tron GT préfigure la limousine de sport du futur et la démonstration est éclatante. Style, performances, efficience  : quelle trilogie ! Par Philippe Guillaume

C’est quoi ?
4,99 mètres de long, une allure de fusée à roulettes, des proportions inhabituelles, avec ce sentiment d’un avant plus large que l’arrière, avec d’énormes prises d’air au niveau des ailes avant. Cette signature visuelle, toute en efficacité. Ce silence de fonctionnement. Ces pneumatiques, énormes. Cette absence de sortie d’échappement. C’est la limousine de sport du futur  ? Oui, il y a de cela avec cette Audi e-tron GT quattro. Elle fait tourner les têtes et ce n’est pas pour rien  ! Alors qu’Audi entre à vitesse grand V dans la mobilité électrique (on vous a déjà parlé sur ce site aux nobles idéaux, des e-tron quattro, e-tron S quattro et Q4 Sportback), bienvenue à cette e-tron GT quatto qui ajoute à l’électromobilité un irrésistible effet de style.

 

Justement, qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?
Tout… et pas tant de choses que cela. Reprenons  : dans le genre berline de sport, on avait déjà l’A7 chez Audi. Cette e-tron GT ne trahit pas la filiation et pourrait presque passer pour une version plus moderne de cette A7. D’un autre côté, dans la nébuleuse des marques du groupe Volkswagen, il y a Porsche. Disons donc que cette e-tron GT partage beaucoup de choses avec la berline électrique de Porsche, la Taycan, ce qui n’a rien de déshonorant, bien au contraire. Ainsi, l’e-tron GT partage la plateforme J1, conçue pour la Porsche, par contre, elle bénéficie d’une carrosserie en aluminium, formée à la main dans ses détails. Et bien évidemment, tous les effets de style ainsi que l’ambiance intérieure sont propres à Audi.

 

Et sous le capot ?
L’e-tron GT dispose d’une grande batterie de 93,4 kWh provenant de chez LG, également disponible sur la Porsche. Au programme, deux versions, toutes avec deux moteurs (et donc en définition quattro, toujours utile pour la sécurité). Nous avions le modèle «  standard  », un terme galvaudé au vu des performances de l’engin  : deux moteurs électriques (un devant, un derrière), 476 chevaux (et même brièvement 530 ch en mode launch control, pour attaquer le 0 à 100 km/h en 4,1 secondes  !), ça envoie. Vous en voulez plus  ? Essayez la version RS  : 646 chevaux, le 0 à 100 abattu en 3,3 secondes (ceux qui ont essayé disent que c’est éprouvant physiquement  !) et une vitesse de pointe réhaussée de 5 km/h (250 au lieu de 245). Laquelle correspond à vos besoins  ?

Et au volant, ça donne quoi ?
Grâce à son câblage en 800 V, l’e-tron GT accepte des recharges rapides pouvant aller jusque 270 kW, ce qui, dans un scénario idéal, permet de passer de 5 à 80 % de batteries en 22 minutes. Nos essais sur une borne Ionity n’ont pas vraiment donné ce résultat (on était plutôt sur du 80 kW, soit 45 minutes pour passer de 10 à 80 %) mais l’on sait que cela peut varier d’une borne à l’autre. Toujours est-il que la recharge rapide fait partie de son vocabulaire et que, de fait, les grandes distances deviennent vraiment envisageables à bord de cette auto. Sur autoroute, nous avons enregistré une consommation, assez raisonnable, de l’ordre de 23 kWh/100, tandis que sur route, cela baissait à la lisière des 20 kWh, des valeurs basses parce que, comme sur la Porsche, l’e-tron GT quattro est une des rares voitures électriques avec une boîte de vitesses à deux rapports, ce qui fait baisser la consommation à vitesse de croisière. De fait, l’autonomie réelle frôle régulièrement, voire dépasse, les 350 kilomètres. Et c’est une bonne chose car l’on se sent réellement bien à bord. L’intérieur de l’e-tron GT est nettement plus soigné que celui de la Porsche, avec un niveau de finition et un choix de matériaux plus haut de gamme. L’on retrouve donc tous les repères que l’on avait au volant des Audi de haute lignée, et les kilomètres défilent dans un plaisir absolu, fait de silence, de confort de sièges et de suspensions, et avec la contribution d’une excellente sono, que l’on apprécie d’autant plus que la position de conduite est idéale. Quant aux performances, elles permettent de survoler le trafic d’une simple pression sur l’accélérateur. Côté tenue de route, le plaisir est à nouveau au rendez-vous, avec une auto d’une grande stabilité, même à l’approche de la vitesse maximale (on a essayé, sur une portion allemande  : 247 compteur, promesses tenues, et une e-tron GT absolument imperturbable dans ces circonstances) et répartion des masses parfaites dans les virages.

 

Son point fort ?
C’est l’alliance assez incroyable entre une esthétique qui semble la faire sortir d’un film d’anticipation, des performances et une tenue de route de premier plan, et une vraie douceur de conduite au quotidien. Du grand art, qui sacre à nouveau Audi comme leader du segment haut de gamme.

Le verdict de Stuff  
Le concept de limousine sportive électrique est encore peu répandu et cette e-tron GT quattro en définit les grandes lignes à merveille.

 

Les chiffres clé 
2 moteurs électrique synchrone à aimants permanents
Puissance  : 476 ch (530 ch en launch control)
Couple  : 664 Nm
Boîte de vitesse  : 2 rapports
Poids  : 2351 kilos
Vitesse maxi  : 245 km/h
0 à 100 km/h  : 4,1 secondes
Conso officielle / de l’essai  : 19,9 kWh/100 / 23,5 kWh/100
Prix  : gamme e-tron GT à partir de 105 100 €

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here