50 ans d’Apollo 11 : le casque Plantronics qui a fait « passer le message »

0
83

« One small step for a man, one giant leap for mankind ». Ces mots prononcés par Neil Armstrong en 1969 nous sont parvenus grâce au casque Plantronics qu’il portait.  Il s’agissait d’une version améliorée en seulement 11 jours du modèle Plantronics MS50, déjà bien connu de l’aviation américaine depuis 1962 et plébiscité pour sa qualité et sa légèreté.

Les points clés de cette version améliorée :
· Redondance : le casque comportait 2 écouteurs et 2 microphones flexibles montés sur perche, pour assurer une redondance opérationnelle ; ainsi, la perte d’un micro ou d’un écouteur n’affecte pas la mission.
· Réaction électrique : l’équipe d’ingénieurs Plantronics a éliminé tout risque d’étincelle pouvant provenir d’un dysfonctionnement des microphones, afin d’éviter toute réaction dangereuse à bord dû au taux d’oxygène élevé.
· Auto-alimentation : les microphones dynamiques, souvent utilisés dans des situations où l’alimentation électrique n’est pas disponible, utilisent la voix comme source d’énergie et s’auto-alimentent de cette manière.
· ANC : le microphone incluait des fonctionnalités de suppression du bruit, pour assurer une communication aussi claire que possible (ce microphone équipera ensuite les astronautes de toutes les missions Gemini, Apollo et Skylab)

Le « Snoopy Cap » est le surnom donné au bonnet qui contient le système de communication (dont le casque), du fait de sa ressemblance avec le célèbre personnage de la BD Peanuts. Il s’inspire des bonnets en cuir de la Royal Air Force, le cuir étant remplacé par du tissu pour plus de confort et de légèreté. Les astronautes le portent durant la quasi-totalité du temps de vol.

Créée en 1961 par deux pilotes de ligne en Californie, Plantronics (contraction de Plane et Electronics) équipe depuis 40 ans les pilotes de l’aviation commerciale américaine ainsi que les contrôleurs aériens.
Puis, la NASA choisit Plantronics pour la conception légère de ces micro-casques, utilisés par les équipages des programmes Gemini et Apollo, y compris pour toutes les missions lunaires.

Aujourd’hui, Poly (nouveau nom de Plantronics suite au rachat de Polycom) conserve la réplique exacte du casque au sein de son siège européen à Amsterdam, temporairement exposée au Science Museum à Londres à l’occasion des 50 ans de l’alunissage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here